Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 02:13

Aujourd'hui, j'ai joué avec Rebecca  : il s’agissait d’écrire la même histoire (saynète) selon 4 points de vues différents.

Le dernier point de vue est un texte que j’avais écrit il y a six mois pour un autre atelier, celui de Gwenaëlle.  

 

 

Point de vue de Nicole, la mamie

 

 

Dans la cuisine, j’ai fini de ranger les restes du repas des petits, et je les entends là haut qui chahutent. Le petit dernier, Etienne, a du se réveiller, A peine une heure de  sieste !! Le grand Boubou (enfin grand c’est vite dit ;  il a cinq ans, soit quand même le double de l’âge de son cousin) a du venir le réveiller malgré l’interdiction formelle de tout à l’heure.

Je lance : « Tout le monde est partant pour une balade au bord de la mer » ?

A part un « ouais » retentissant du dénommé Boubou, auquel répond un écho « ouais, ouais, ouais » du plus petit, qui imite son grand cousin en tout,  cette proposition ne soulève pas l’enthousiasme des trois autres.

J’arrive à faire décoller Camille de sa BD, Bastien de son jeu vidéo.

- « Il faut sortir tant que le temps le permet » dis je en secouant la troupe. 

- Je peux prendre ma trottinette ? crie Fabienne, soudain motivée.

Après un bon quart d’heure de préparation : retrouver les maillots de bains, les serviettes de plage, les seaux et les pelles dispersées un peu partout dans le sous sol, nous voila fin prêts : les cinq cousins sont en rang d’oignon et je me retiens de faire une blague sur les Daltons : Bastien du haut de ses 15 ans me dépasse d’une tête et n’apprécie pas d’être comparé à Averell ;  Camille, sa sœur, a encore changé sa tenue pour la troisième fois de la journée (on voit que ce n’est pas elle qui repasse), Fabienne prend sa trottinette pour un poney, en hennissant et en frappant le sol comme le fait un poney avec ses sabots. Boubou est près, à l’exception de ses sandales inversées. Etienne essaie de grimper dans sa poussette, mais celle-ci n’a pas son frein enclenché et se dérobe devant ses efforts.

Après avoir remis, les sandales en plastique chacune au bon pied, enfourné dans un sac crème solaire, goûter et autres choses indispensables pour une virée à la plage, nous sommes enfin partis : direction, la plage, ses pâtés de sable, les algues, les vagues, le cri des mouettes, les bigorneaux. ………..Attention Mamie et ses petits enfants débarquent en Normandie.

 

Le point de vue de Bastien

Elle est sympa mamie, elle essaie de nous sortir mais franchement une balade avec les autres microbes, j’en peux plus : ils sont tout le temps à se disputer pour savoir qui aura la trottinette, qui poussera la poussette du gnome, qui aura le droit de ramener le pain ….qui aura la pelle rouge alors que la verte est aussi bien pour faire des châteaux de sable. La Normandie au mois d’août c’est l’enfer. …..

J’en ai marre de la mer ; c’est toujours la même chose. Maman aurait pas du insister pour que je vienne, je serais mieux à la maison, même si dans le quartier tout le monde est en vacances. Encore quatre jours à tirer avant de partir en colo avec les copains, c’est long ….. en plus Mamie me rationne sur le temps passé devant l’écran, la galère …..Et puis elle ne veut pas que j’emmène mon MP3 à la plage « il pourrait s’abîmer ! » non mais je rêve …. du coup je suis obligé d’écouter les mômes et leurs disputes à deux balles.

Heureusement qu’il y a Camille. Pour ces treize ans, elle est pas trop bête et puis elle m’a passé  le dernier album de Lady Gaga, pas mal du tout …. J’aurais au moins gagné cela !

Et ma cousine Fabienne, vraiment ! les parents ont beau dire qu’elle a passé l’âge de raison, prendre sa trottinette pour un poney, hennir et galoper à tout bout de champ en se cabrant et agitant les bras : il lui manque vraiment une case à celle là !

Le ciné passe des films d’il y a quatre mois. Sans compter qu’ici y a pas un Mc do, et puis soupe tous les soirs parce que c’est plein de vitamines, là c’est l’overdose !

« Oui oui Mamie, je suis près, mais on reste pas longtemps hein »

Tiens le Boubou a réussi à mettre les sandales en plastiques tout seul aujourd hui : en progrès le gniard, ou alors la dernière fois il n’avait pas défait la boucle ! la droite est au pied gauche et vice versa mais bon il a pas inventé l’eau chaude comme dirai Mamie.

 

 

Le point de vue de Boubou

 

Moi, la mer chez Mamie, j’adore : d’abord on y retrouve les cousins et puis avec Etienne, mon cousin qui a deux ans, je suis plus le plus petit : je lui apprends plein de choses. « Enfin surtout des bêtises » a dit Mamie à Papa au téléphone hier soir.

Avec Etienne, on dort dans la même chambre alors pour qu’il se réveille plus vite et que l’on parte se promener, je lui chatouille les pieds. Quand on va se baigner à la plage, mamie le met dans la poussette et moi je cours avec mes cousins : Il est trop fort Bastien, je sais pas pourquoi il est toujours loin devant et moi j’essaie de le rattraper en courant comme un super héros de dessin animé ! et plus je cours, plus il marche vite : on dirait qu’il est très pressé, je me demande pourquoi puisqu’une fois sur la plage, il ne fait rien ; pas de châteaux, juste des ricochets avec des galets : dès fois il arrive à faire quatre rebonds !!!  il est trop fort  Bastien, je vous dis : En plus, il sait jouer à la Nintendo comme un chef, Bastien, et puis il est plus grand que son papa. Un jour, moi je serai plus grand que le mien, de papa.  Camille elle est gentille, dès fois elle joue avec moi et son petit frère, mais pas souvent. Ma préférée c’est Fabienne, elle fait la maîtresse d’école et nous on fait comme les petits de la maternelle et de la crèche. Mais moi ce que j’aime le plus c’est aller à la piscine en plein air : il y a deux toboggans, j’ai de l’eau jusqu’aux genoux et je glisse à la vitesse de Superman. Le seul problème à la piscine, c’est que je ne peux pas garder mes sandales rouges aux pieds «  c’est interdit par le règlement, je te l’ai déjà dit une centaine de fois » m’a dit Mamie. En même temps, ça fait combien une centaine de fois ? moi je suis super fort je sais compter jusqu’à vingt.

 

 

 

Laissons la parole à un témoin impartial

 

 

Je suis une paire de sandale secondaire : secondaire, comme une résidence secondaire.

Enfin je suis la moitié d’une paire : ma jumelle est l’autre moitié (forcément ;-))


Toute l’année, je suis laissée dans le sous-sol de la maison et personne ne s’occupe de moi. Mais quand voilà arrivée l’heure des grandes vacances alors là c’est la fête et on ne voit plus que moi, on ne parle que de moi et c’est à qui voudra m’avoir aux pieds.
En général, c’est la foire d’empoigne parmi les cousins et les cousines : j’ai connu toute la famille : d’abord Bastien pour lequel nous avons été achetées ma soeur jumelle et moi, il y a maintenant 10 ans. Il est grand maintenant Bastien : 1, 80 et 15 ans. Ensuite j’ai accompagné sa soeur, Camille 13 ans, qui maintenant ne jure plus que par des tongs griffées Havaianas, cette pimbêche. La deuxième cousine Fabienne m’en a fait voir de toutes les couleurs, j’ai même fait de la trottinette avec elle, elle appelait sa trottinette son fougueux destrier. !


Moi, je n’ai pas bougé ou presque : taille 30, ou taille 5 ans à peu près: je suis une splendide paire de sandale en plastique rouge, une sandale à trou-trou comme disent les enfants, ou aussi des chaussures de mer : je suis sûre que vous avez déjà eu aux pieds deux de mes consoeurs et que je n’ai pas besoin de me décrire plus en détail.
Après la sieste des plus petits, chaque membre de la famille enfile, qui des baskets, qui des sabots, qui des tongs. Cette année, un des deux petits, celui qui répond au surnom de Boubou, a flashé sur moi : il faut dire que rouge vif comme je suis, j’ai presque une allure de Ferrari : il s’imagine déjà courir plus vite que les cousins. Pas facile d’être le plus petit de la tribu !! Enfin après lui, y’en a un autre de petit mais il est encore dans la poussette !


Nous sortons donc tous de concert pour la promenade : Nous tournons d’abord à droite : direction les Champs Elysées : oui oui vous avez bien entendu les Champs Elysées; nous longeons ensuite la rivière ou plutôt le plus petit fleuve de France (1194 mètres disent les plus précis) où on peut voir à certains moments de l’année des truites Fario.


C’est mon éternel regret ce fleuve, car malgré tous les essais de mes petits propriétaires successifs, je n’ai jamais pu m’y plonger, ne serait ce qu’un court instant : les parents et les grands parents sont catégoriques : « on ne se baigne pas dans la rivière : il y a du courant, tu pourrais être emporté » disent ils au petit intrépide, qui voudrait bien m’emmener faire un plongeon.


Notre balade nous emmène le long des cressonnières où la mamie achète quelques bottes de cresson qu’elle servira en soupe le soir.


Ensuite direction la plage, avec vue sur la falaise. Là c’est le meilleur moment : selon la marée, nous nous retrouvons soit sur les galets, soit sur le sable à peine découvert par la mer et encore humide: j’adore patauger dans les quelques flaques d’eau de mer qu’il reste à marée basse et dans les algues qui sont si craquantes sous les pieds des estivants. A marée haute, nous restons sur les galets et je fais tout mon possible pour que l’enfant dont j’ai la charge ne se torde pas trop les chevilles. Il faut faire aussi attention lorsque nous allons sur l’estacade, les planches sont irrégulières et une chute est si vite arrivée.


Après des jeux et un concours de châteaux de sable géants, les enfants ont le droit d’aller dans la pataugeoire installé sur la promenade. Là c’est chaussures interdites et je reste bien sagement à l’entrée avec les autres sandales et tongs, à côté du pédiluve : j’y discute avec les copines que je n’ai pas vu depuis l’an dernier : salut t’es revenue cette année? : il est sympa ton petit maître cette année !!!


Au moment de repartir, c’est là qu’il faut se concentrer et que chaque enfant reprenne la bonne taille et la bonne couleur de sandale : je connais des enfants qui sont arrivés chaussés de bleu et qui sont repartis en vert.

Oh là la que ces vacances à Veules les Roses sont sympathiques !!!. Allez y faire un tour peut être nous rencontrerons nous dans les petites rues, qui longent la Veules et les moulins encore en activité.


VOICI le lien pour une visite virtuelle mais sans le cri des mouettes et l’odeur des poissons ramenés par les pêcheurs


http://www.veules-les-roses.fr/

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

elcanardo 10/01/2012 17:18

Admirable rencontre de 4 points de vue qui s'unissent dans une convergence attendue mais qui reste surprenante. La sandale moitié de sa paire en est une synthèse parfaite !

Coincoins fervents !

val 12/01/2012 12:18



contente que cela t'aie plut



Rébecca@devenir-ecrivain 10/01/2012 14:36

Je me suis régalée à la lecture de tes textes... avec une petite préférence pour la voix de la sandale. En tous cas, en assemblant les différentes informations données par tes personnages, on a une
bonne idée de l'atmosphère qui règne durant ces vacances en Normandie. Bravo donc !

val 12/01/2012 12:17



La voix de la sandale a été écrite en premier (avec plus de temps) :-)


merci Rebecca pour ces jeux motivants



Présentation

  • : L' Echo Des Ecuries
  • L' Echo Des Ecuries
  • : Raconter des histoires (de poneys et de chevaux mais pas seulement) Participer à des défis littéraires
  • Contact

Recherche

Archives