Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 05:39

Ma participation à l'atelier de Gwenaelle  (avec les autres participants)

 

  

Barbarou de Tarascou était tapi derrière un fourré, observant le Japiododème qui se désaltérait au bord de l’oasis. Le soleil couchant faisait ressortir le rouge du sable et à l’horizon, on avait l’impression que le ciel s’enflammait. Barbarou avait envoyé son acolyte Eproquior rabattre l’animal. Il le voyait progresser doucement dans les dunes rouges, faisant un large cercle pour que l’animal à crête jaune ne se doute de rien. L’homme rampait sur les coudes, se relevant d’un bond pour passer une dune plus élevée qu’une autre, bougeant ses cent vingt kilos avec aisance ; de dos, il avait l’air presque humain, baraqué mais souple et dynamique.

Au 24 siècle, le jappiododème était encore un animal peu connu : il avait seulement deux siècles d’existence ! La prime que les deux hommes auraient s’ils arrivaient à prendre une photo, (mieux s’ils arrivaient à la capturer) serait faramineuse, et leur permettrait peut être même de changer de vie, ou pour le moins de planète. Barbarou avait tellement envie d’émigrer sur Vénus, le pays des amazones. Enfin un lieu où il pourrait soigner sa gnaulote de façon sérieuse. Le manque de femme sur Mars était effectivement cruel mais le 24ècle siècle était l’apogée de la séparation des sexes, « qui faire ? Il faut vivre avec son temps », répétait il à l’envie, dès que quelqu’un abordait le sujet de cette séparation des sexes, décrété par l’Exoproque. Ce groupe de dictateurs régissait la vie de la galaxie surpeuplée. «Contraceptifs et préservatifs ne sont pas suffisants : la séparation des sexes est l’avenir de l’humanité : moins de contacts, moins d’enfants, plus de place CQFD » finissait leur porte parole comme un mantra. 

« La séparation des sexes, quelle connerie » fustigea Barbarou. Il avait même lu sur son quotapad, que LAURE ET HAL venait de sortir un sexypou, sorte de résille que les femmes se mettaient dans les cheveux sur terre pour séparer les poux males et les poux femelles. Ah revenir sur terre et pouvoir fricoter avec des donzelles ; sexypou ou pas, c’était son rêve : Se végaffer de cette planète rouge, qui lui explosait les yeux malgré ses lunettes protectrices, se réveiller au bord de l’océan, manger une bonne bouillabaisse, la vraie vie.

Barbarou estima qu’au train où allait Eproquior pour contourner l’animal, il avait un bon quart d’heure de libre avant l’attaque de leur proie. Barbarou, dans un sens, était content que Eproquior se soit éloigné : Vivre avec lui était difficile , non pas qu’il soit bruyant, trop bavard, ou pas assez, mal élevé ou gros ronfleur, , non le problème d’Eproquior se situait plutôt au niveau de l’hygiène, du manque d’hygiène pour être plus précis : Eproquior méritait bien son surnom, donné en hommage au quatrième roi mage, celui qui devait apporter le savon au Petit Jésus , en des temps reculés que tout le monde avait oubliés. Eproquior était allergique au savon et par conséquent n’en avait pas approché un depuis deux ans au moins, date de leur rencontre. Quand Eproquior s’éloignait c’était comme une bouffée d’air pur pour son entourage. L’air lourd, chargé de sable rouge, semblait d’un coup presque respirable.

Barbarou observa à nouveau le Japiododème : un mâle d’après sa grande taille, un mètre soixante dix, mesuré nom pas au garrot, comme les chevaux, mais au haut de son front, avant le début de sa crête. Une des particularités des Japiododèmes était que, arrivé à l’âge adulte, la crête continuait à grandir mais pas le reste du corps. « Japiododème », disait Kikipédia  « Nom vernaculaire du Nikkus de Saint Phallus, créature créée au 22ème siècle par manipulation génétique en inoculant à une œuvre de la grande plasticienne Nikki de Saint Phalle : (1930 -2002) des gènes de chien »: S’ensuivaient dans cet article des photos des « Nanas », de cette même Nikki, que Barbarou avait scotchées dans sa modeste chambre. Ses nanas le réveillaient le matin et avaient fait de lui un expert mondialement reconnu en Japiododème et autre Phallusosités.

Barbarou interrompit sa rêverie : le moment fatidique se rapprochait. Eproquior arrivait au niveau du repère qu’ils avaient fixé tout à l’heure; Et soudain le colosse se leva, agitant les bras et criant pour rabattre le Japiododème vers Barbarou, son appareil numérique et son fusil télescopique. Eproquior continua à hurler tel un pékiotir de fête foraine. De face, on voyait bien maintenant, son nasose mal soigné, L’absence de nez faisait comme un trou béant dans sa face rubiconde. Surpris par la rapidité du galop du japiododème, et par la vision apocalyptique du visage d’Eproquior et de son cratère facial, Barbarou ajusta son fusil, tira précipitamment et sa fléchette anesthésiante se planta au milieu du front de Eproquior, qui s’effondra en hagrissant. Le Japiododème ne demandant pas son reste, disparut à l’horizon, jappant à qui mieux mieux et Barbarou s’exclama : «  Caramba, encore raté ! »

 

 

Voici la consigne de Gwenaelle 

 

Maintenant que les choix sont faits, je vous propose d’écrire un texte avec les mots suivants :

  1.  HAGRIR : (Verbe du second groupe). Le  verbe est constitué à partir de deux interjections. Hahaha…et de Grgrgr…C’est le hurlement  que poussent les félins  au moment de mourir. Je tirais, la lionne s’abattit à mes pieds en hagrissant. (Barbarou de Tarascou. Les lions de L’Atlas). Satan visitait tous les soirs Soeur Lucie. Dans une  cellule isolée, le père Priape  exorcisait notre nonette qui hagrissait quand le démon la forçait. (Mémoires de Mère Péron ) (Wens, The one and only (thank god!) Wens!)
  2. EPROQUIOR : nom propre ; c’est le nom du 4ème roi mage,  celui qui portait le savon. Il est mort avant d’arriver à destination, après avoir glissé sur son présent posé à terre alors qu’il s’était  arrêté près d’une oasis pour se rafraîchir. (Lilou)
  3. GNAULOTE : n.f, petite érection matinale, intempestive mais peu motivée… Ben doudou, qu’est-ce que c’est que cette petite gnaulote? Il te plait pas mon caraco en moumoute? (Gwé)
  4. SEXYPOU : nom masculin. pluriel en x. C’est un petit filet ou une résille fine que l’on met dans les cheveux pour séparer les poux mâles et les poux femelles ;  chaque hémisphère est  imprégné de phéromones qui  attirent  les  insectes  adultes  et de  même sexe. Cela évite une reproduction trop importante. (Lilou)
  5. VEGAFFER : S’éloigner de l’étoile  (contraction de Vega et gaffer) (Asphodèle)
  6. QUOTAPAD : nom masc: de l’anglais to quote (citer), et pad (tablette). Appareil électronique de poche dont la mémoire contient un nombre important de citations de célébrités, auteurs, scientifiques etc. qui sert à paraître cultivé dans les soirées et autres cocktails mondains. Grand succès en France. (Corentin)
  7. EXOPROQUE : du grec ancien exo (à l’extérieur , au dehors) et proquesture : tribunal Littéralement : Tribunal extra terrestre. L’exoproque (ou exoproc)  est le magistrat suprême de l’exoproquesture créée après le bangbing de 2111. ce tribunal est compétent pour tous les litiges entre les planètes (en particulier Mars et la Terre), c’est lui qui ‘occupent notamment des visas permettant la circulation entre les planètes. (Valentyne)
  8. JAPIODODEME : Sens 1 : De japio : (Japon) et  de dodecade (douzaine): Il s’agit ici de recenser les douze merveilles du Japon. Parmi les plus connus le Mont Fuji, Tokyo, les parcs d’hokkaido les sushis, les mangas… Sens 2 : un japiododème est un animal qui ressemble légèrement au dodo mais avec une crête sur la tête qui fait penser à un diadème. Il jappe comme un chien. Il est protégé car très rare et vit exclusivement en Japiododémie. (Valentyne)
  9. PEKIOTIR : nom masc: départ avorté d’une fusée de spectacle pyrotechnique, en général associé à un hululement pathétique. Par ext: résultat lamentable. Ex: cet élève est si nul que son bac promet d’être un véritable pekiotir. (Corentin)
  10. NASOSE : du latin nasus qui signifie nez : Maladie du 22ème siècle : du fait de trop nombreuses interventions chirurgicales et manipulations génétiques, la nasose est une  disparition progressive des nez. A ne pas confondre avec la nasotrophie aussi appelée syndrome de Pinocchio qui est une mode lancée par un groupe de résistants à la nasose ambiante : les cléopatrases. Leur chanteur, Siranodebergerac, fait un slam qui fait fureur dont voici le début : c’est un roc !…C’est un pic ! …. C’est un cap ! que dis je c’est une péninsule !..  En argot la nasose se dit pifose ou tarinose. ( Valentyne)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Atelier Skriban
commenter cet article

commentaires

ceriat 02/01/2012 21:45

Voilà qui nous change de la chasse au dahu. ;-) C'est drôle et enlevé, j'aime beaucoup. :D

val 06/01/2012 12:35



Merci Ceriat : un dahu où cela ? j'y cours ;-)



Asphodèle 20/12/2011 18:26

Excellent ! Je n'avais pas eu le temps de lire chez Gwen, il n'y était pas quand je suis passée, mais j'avais vu les définitions choisies, j'étais sûre que tu allais nous faire un truc pas possible
! Il est moche ce bestiau avec sa nasose ! remarque vaut mieux pas qu'il soigne sa gnaulote ;)...pourra pas se reproduire !^^

val 22/12/2011 12:13



une bonne idée ça la reproduction du Japiododème ;-) je vais cogiter



wens 20/12/2011 08:08

Quelle chasse chez les martiens et le japiododème court toujours!

val 20/12/2011 08:36



merci à toi Wens pour ton Barbarou de Tarascou qui m'a donné l'idée de cette chasse ;-)


 



Présentation

  • : L' Echo Des Ecuries
  • L' Echo Des Ecuries
  • : Raconter des histoires (de poneys et de chevaux mais pas seulement) Participer à des défis littéraires
  • Contact

Recherche

Archives