Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 03:43

 

Un amant silencieux était pour elle une bénédiction. Celui qui se tait n’attend rien de vous. Les peaux suffisent amplement au dialogue. Quelques baisers, la cigarette qu’on échange, un sourire après l’amour, et la présence du jardin, si proche…

Sa bouche reste fermée. La lèvre supérieure, rose pâle, délicatement ourlée, frémit de temps en temps. Il se demande si elle va se mettre à parler, et si la magie de la nuit va disparaître. Mais non, elle ne dit  rien et le regarde de ses yeux clairs. Une couleur un peu grise, indéfinie, comme lavée de tous désirs suite aux caresses et baisers de la nuit. Dans ses yeux, une lueur : est ce le reflet du jardin ? du soleil dont les rayons entrent, timidement, par la porte-fenêtre grande ouverte? Oui, ce doit être cela, les rayons du soleil ont eu vent de ce qu'il c'est passé cette nuit entre Aurore et Rémi et ils viennent chatouiller cet amour qui naît. Ils jouent sur la joue dorée d'Aurore, la bien nommée. Un prénom de princesse, disaient ses copines en primaire. 

Rémi effleure ses cils de la main, doucement. Lui, non plus depuis leur rencontre n'a pas émis une parole. Il faut dire que parler, à la réception où ils se sont rencontrés tenait d'une mission impossible. Dans le fracas de l'orchestre et les danses des festivaliers, il aurait fallu hurler pour s'entendre. Comment se sont-ils vus et reconnus dans cette foule bigarrée du Carnaval de Venise ? Rémi pense que c'est la lumière dorée de son masque qui l'a séduit, le contraste entre ce masque et une ombrelle noire finement dentelée,  et son geste aérien, aussi  : l'index sur la bouche, l'intimant au silence,  elle lui avait pris la main et l'avait emmené dans les rues surpeuplées de Venise. Tout le monde chantait et dansait et personne ne faisait attention à eux, ombres fugitives voguant vers des amours secrètes. 

Arrivés à l'hôtel, ils avaient fait l'amour passionnément, sans un mot. Elle avait ouvert la porte-fenêtre, nul bruit dans ce jardin, une cour avec quelque arbustes plutôt. Epuisé de tant de volupté, il s'était endormi. Il ne l'avait pas entendu  se relever au milieu de la nuit pour enlever tout ce lourd mascara qui assombrissait son regard, nuages sombres d'orage zébrés  de quelques éclairs de paillette. Elle avait également enlevé ce rouge à lèvre tirant sur le violet, qui  rendait son teint si pâle.  Et maintenant, il la voyait en plein jour, totalement démaquillée, pure jeune fille à la peau saine, pores resserrés, à peine marquée par la nuit qu'ils venaient de passer. A moins qu'il n'ait rêvé et que cette jeune fille aux yeux de perle ne soit pas la peine qu'hier soir. Il revenait sans cesse à ses yeux, ils les découvrait dans la lueur du matin. Il lui semblait que les oiseaux dans le jardin s'étaient tus eux aussi pour admirer l'aube, ou Aurore. 

Se décidant enfin, il sourit, heureux de sa vie qui commençait ce jour,  et prononça : "Comment t'appelles tu,  belle inconnue ?" 

Il n'eut pas le temps d'éviter la lourde lame gris acier du couteau de sa belle.

 

venise1.jpg

C'était ma participation à l'atelier de Leiloona sur deux photos de © Romaric Cazaux

 

en mixant avec la consigne de Gwenaelle , (suivre le lien pour lire les autres participants)

Ce dimanche, Saint Valentin oblige, nous allons parler d’Amour (d’amûûûr…. même) mais pas en niveaux de gris, plutôt en CMJN, si vous voyez ce que je veux dire (cyan, magenta, jaune, noir pour ceux qui n’auraient pas fait PAO pour les Nuls, comme moi).

Je vous cite un extrait du dernier roman de Hubert Haddad, Le peintre d’éventail, et vous propose de continuer l’histoire à votre guise.

Un amant silencieux était pour elle une bénédiction. Celui qui se tait n’attend rien de vous. Les peaux suffisent amplement au dialogue. Quelques baisers, la cigarette qu’on échange, un sourire après l’amour, et la présence du jardin, si proche…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Leiloona 23/02/2013 15:55

Schlac la fin ! :D

Valentyne 24/02/2013 11:21



Oui j'y suis pas allée avec le dos de la cuillère 


Bon dimanche Leiloona ;-)



stéphanie 19/02/2013 17:25

quelle surprise ce mix des photos, c'est marrant de voir le vrai visage de cette venitienne, je n'aurai pas du tout pensé à les mettre en lien, texte très réussi
comme à Cardamone ce visage d'ange inspirait un démon... comme quoi...

Valentyne 20/02/2013 16:57



j'aime bien mixer les ateliers:-) 


oui un visage si doux ....comme quoi ... 


bonne journée, Stéphanie



Cardamone 18/02/2013 22:36

Woush!!! quelle chute!!! Celle-là je ne l'ai vraiment pas vue venir!!!

Valentyne 20/02/2013 16:50



un peu abrupte cette fin , maintenant que j'y pense ;-)


Bonne journée Cardamone ;-)



garance 18/02/2013 19:24

la fin me laisse sans voix !

Valentyne 20/02/2013 16:48



oups désolée , alors 



Yosha 17/02/2013 17:39

Bah là je suis très impressionnée... Obéir à trois contraintes et produire un texte aussi beau... Bravo ! Je ne m'attendais pas du tout à cette fin mais c'est parfait.

Valentyne 20/02/2013 16:48



Merci pour ton enthousiasme Yosha ;-)


Elles étaient inspirantes ces deux photos ;-)



Présentation

  • : L' Echo Des Ecuries
  • L' Echo Des Ecuries
  • : Raconter des histoires (de poneys et de chevaux mais pas seulement) Participer à des défis littéraires
  • Contact

Recherche

Archives