Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 13:17

 

Maître Jockey , sur un poney perché,
Tenait en ses mains  un balai.
Maître Colley, par l'objet intrigué,
Le regardait en biais :
"Hé ! bonjour, Monsieur le Jockey.
Que vous êtes poli ! que vous me semblez haut !
Pourquoi un balai ? Une cravache
Me paraitrai plus appropriée,
Avec ce balai, vous faites  un peu  apache
A ces mots le Jockey ne se retient pas de crier  ;
Je suis petit, ce balai, c'est pour les toiles d'araignée
Il ouvre alors ses mains, ce grand dadais
Le Colley se saisit du balai : "Mon cher jockey,
Apprenez que tout balayeur
Gène ceux qui sont sur sa route
Cette leçon vaut bien un balai, sans doute. "
Le Jockey, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

 

 

La morale

Il ne faut jamais dire  « Fontaine, je n'apprendrai pas tes fables »

mais « avec les Impromptus, tout devient une fable »

 

La deuxième morale

Il ne faut jamais dire : parti tôt , pris mon colley

mais parti haut, pris mon poney

 

Ma participation aux Impromptus littéraires de la semaine du 7 juin

Thème : Il ne faut jamais dire

Partager cet article

Repost 0
Published by L écho des Ecuries - dans Impromptus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L' Echo Des Ecuries
  • L' Echo Des Ecuries
  • : Raconter des histoires (de poneys et de chevaux mais pas seulement) Participer à des défis littéraires
  • Contact

Recherche

Archives