Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 05:11

kyoko.jpgKyoko est une jeune femme d'une vingtaine d'année. Orpheline à 4 ans, elle a grandi au Japon, élevée par son oncle et sa tante. A huit ans elle rencontre José Cortès, un GI américain qui lui apprend à danser en particulier le Mambo. Cet épisode de sa vie, à huit ans, ne dure que 6 mois mais la marque profondément. Jeune adulte, elle se rend compte que ce GI d'origine cubaine lui a sauvé la vie en lui insufflant sa passion, la danse. Elle décide donc de partir aux Etats Unis pour retrouver Cortès et le remercier. Aux Etats Unis elle va aller de rdécouverte en découverte. Ralph Biggs est la première personne qu'elle rencontre à New York. Ce noir américain est conducteur de limousine et accepte de l'accompagner dans ses recherches de Cortès. 

Chaque chapitre alterne les narrateurs, d'abord Kyoko puis Ralph Briggs, le conducteur de la limousine, puis l'oncle de Cortès, à nouveau Ralph Briggs, Kyoko, José Cortès lui même, Jessica Silberman, puis à nouveau Kyoko et José. Celui ci est malade, en phase terminale du Sida et Kyoko accède à sa demande de l'emmener en Floride pour mourir parmi les siens. Commence alors pour Kyoko et José un périple dangereux et passionnant. 
.
J'ai adoré ce livre : très poétique , très dansant, pas mièvre du tout, et même franchement drôle dans certaines situations. La jeune fille Kyoko a une volonté inébranlable, José Cortès est émouvant, digne dans sa douleur, même s'il perd toute notion avec la réalité.
.
Ralph Briggs rapporte les paroles de Kyoko qui parle ainsi de son enfance et de José : 
P36    "C'était un accident de la route, j'ai été élevée par mon oncle et ma tante., ils n'avaient pas d'enfants, ils étaient très gentils avec moi, je n'ai jamais manqué de rien, je pensais que j'étais seule, José il n'a dansé que cinq mois avec moi, alors il m'a peut être oubliée, mais il m'a aidée, il m'a sauvée , ça peut paraître exagéré parce qu'il ne m'a appris qu'à danser, mais c'est vrai, non, puisqu'il m'a appris ce qu'il y a de plus important dans la vie. Il m'a sauvée parce qu'il m'a appris quelque chose d'essentiel qui permet de continuer à vivre quoi qu'il arrive, c'est pour ça que j'ai toujours pensé  à le revoir, quand j'y pense je ne lui ai pas encore dit merci. Elle parlait dans un anglais maladroit, se trompant dans les formes du passé, mais elle était facile à comprendre parce qu'elle s'exprimait fermement, avec une étrange absence de timidité."
.
Pablo Cortès, l'oncle de José, commence par refuser de dire où est José et essaie de gagner du temps :
"Le commerce avec Cuba est interdit dans ce pays. Ce qui est déterminant dans la préparation d'un bon cocktail, c'est l'espace entre l'alcool et la glace. Du point de vue de la physique, c'est impossible de laisser un espace. Ce qu'il faut pour agiter le mélange et faire que l'alcool et la glace se séparent, c'est une sorte de méchanceté. Si on a l'esprit mou et aqueux, on ne peut faire que des cocktails aqueux. Le truc pour fabriquer un daiquiri sharp, c'est de concentrer toute sa cruauté, une cruauté née du désespoir. C'est pour cela que les meilleurs barmen sont essentiellement des gangsters et des réfugiés. " p52
.
Enfin un dernier extrait, un dialogue entre Kyoko et José (rapporté par José)
- Même si je te touche, ça ne te donnera pas le sida, tu sais. 
- Je sais ça.
- Hm, tout le monde le sait, mais personne n'a envie de me toucher.
- Tu souffres beaucoup ? 
- J'ai connu pire. Avec Sergio, on donne des noms de boxeurs aux différents degrés de douleur, le pire c'est Mike Tyson. 
- Et le plus faible ? 
- Mickey Rourke.
Elle a rit quand j'ai dit cela. La gaieté de son rire m'a semblé faire fondre en partie la douleur métallique agrippée  mon dos. (p133)
.
En conclusion : un livre magnifique sur la vie, la mort, l'amitié, la danse ....et bien plus encore
 
.

Un film a été adapté de ce livre : un extrait qui dure à peine deux minutes mais qui donne envie de voir ce film (mais j'étais déjà conquise avant)

.      

L'avis de Catherine ici 

 

 

  
Ma cinquième participation au challenge d'Adalana logo-c3a9crivains-japonais_1.jpg

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Valentyne - dans Challenge
commenter cet article

commentaires

Lili 27/05/2013 19:07

Tu as trouvé les bons mots : c'est un livre dansant !

Valentyne 29/05/2013 21:03



Merci Lili ;-) d'ailleurs je danse encore en me souvenant de ce bon moment



Asphodèle 24/05/2013 09:47

Je ne connais pas encore ce Murakami-là et je note ce titre car les autres, enfin, beaucoup d'autres semblent beaucoup plus violents ...

Valentyne 26/05/2013 07:54



j'ai adoré ce personnage de Kyoko (et le style de l'auteur dans ce livre) : mon premier de cet auteur, j'ai lu pas mal d'avis sur la violence dans ces autres livres, je vais attendre un peu pour
pousuivre avec cet auteur ......



DENIS 22/05/2013 14:47

celui-ci ne semble pas violent
il faudra que je le lise pour changer de style avec l'auteur
un grand de la littérature japonaise en tout cas

Valentyne 23/05/2013 20:25



oui un grand auteur . Adalana m'a recommandé "les bébés de la consigne automatique" ... je crois que ce sera ma prochaine lecture de cet auteur .... mais pas tout de suite, j'aime bien varier
....


Bonne soirée Denis ;-)



laure 22/05/2013 10:49

C'est le livre que j'ai choisi alors j'ai lu en diagonale ;) Je reviendrai plus tard :)
Bonne journée bises

Valentyne 23/05/2013 20:23



Un très bon choix ce livre, j'ai adoré ;-)



Présentation

  • : L' Echo Des Ecuries
  • L' Echo Des Ecuries
  • : Raconter des histoires (de poneys et de chevaux mais pas seulement) Participer à des défis littéraires
  • Contact

Recherche

Archives