Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 21:00

passante sans souciParis, milieu des années 1930. Le narrateur est journaliste, écrivain. Il passe ses soirées dans le quartier de Montmartre, principalement attablé à un bar, le Sans- Souci. Un matin, il aperçoit une femme qui semble fuir. Intrigué, il s'interroge, la suit. Il finit par apprendre son nom, Elsa Wiener, elle a fuit l'Allemagne nazie, avec Max un enfant infirme d'une douzaine d'années.

Ce passage est un extrait de la première rencontre entre le narrateur (Kessel?) et Elsa : 

Un effroi sans nom déformait ce tremblant murmure. Une terreur qui confinait à la panique écartelait le beau visage. 
- Mais quel crime inexpiable avez vous donc commis envers Hitler ? demandai-je, en plaisantant. 
- Moi aucun, mais ils ont arrêté mon mari, dès leur arrivée au pouvoir. Si je ne m'étais pas enfuie, ils me jetaient en prison comme complice.
- De quoi donc ?
- Est ce que je sais ! Est ce qu'ils savent eux mêmes! Michel, mon mari, était éditeur. Il paraît qu'il publiait surtout les écrivains de gauche. Des livres contre la guerre. Mon pauvre Michel ! Il ne s'est jamais occupé de politique.
- On le relâchera bientôt, dis-je avec assurance.
- Dieu vous entende. Il doit passer bientôt en jugement. Dans un autre pays, je serais sûre de sa libération. Mais avec ces brutes horribles...
Elsa promena sur la salle un regard traqué, et reprit : 
- Horrible, oh, oui. Ils aiment le sang, la souffrance. Pensez qu'ils ont estropié le petit Max. Simplement parce qu'il est juif. Son père, très bon musicien, venait me faire travailler. L'enfant l'accompagnait parfois. Un jour en route, ils furent lapidés par les miliciens. Le père y resta : le petit eut les jambes et le bassin brisés. On le rapporta chez nous. Il n'avait plus personne, car sa mère était morte depuis longtemps. Je l'ai gardé. Cela se passait avant même que Hitler ait tout pouvoir. Maintenant les bourreaux sont les maîtres. Je n'ai jamais pu haïr personne. Mais eux, je les hais autant que j'en ai peur. (p45)
.
Dès lors, il  devient son ami, et essaie tant bien que mal de l'accompagner dans son désir de sauver son mari interné. Au début, il l'aide,  trouve à Elsa et Max un pied à terre près de la mer pour se ressourcer. Au retour d'Elsa et de Max à Paris, il assiste, impuissant à la lente descente aux enfers d'Elsa.  Le lecteur suit leur relation (platonique) avec un peu de distance car on voit essentiellement Elsa à travers le regard du narrateur. Comme il  est journaliste, il s'éloigne souvent de Paris et part à l'étranger. Lors de ses retours successifs en France, il prend conscience de la déchéance d'Elsa, qui devient peu à peu obnubilée par son mari prisonnier et qui cherche par tous les moyens à lui envoyer de l'argent, sacrifiant sa santé (physique et mentale) dans cette fixation. 

- Comme je l'aime, comme je l'aime, chuchotait-elle en joignant faiblement les mains qui commençaient elles aussi à se déformer. Comme je l'aime. 
C'était effroyablement, merveilleusement vrai. Ce que n'avaient pu faire l'attention la plus assidue, la plus constante sollicitude, cela - la misère, l'alcool, Dominique, la prostitution avaient réussi à l'obtenir. Elsa avait commencé à donner par devoir. Mais ce don l'avait entraînée si vite et si loin, il avait exigé d'elle un si profond et si ruineux tribut qu'il ne lui était rien resté pour elle même. Tout ce qui faisait sa force, son honneur et sa joie, Michel, sans le vouloir, l'avait pris.  (p 149)
.
Le narrateur arrive à la convaincre d'arrêter de se droguer à l'héroïne mais pas à l'alcool. 
Quand un être se détruit pour une grande idée ou pour un grand amour, j'ai toujours pensé qu'il a choisi un domaine dont il n'appartient à personne de vouloir le ramener. (p151)     
.
J'ai beaucoup aimé ce roman, tant pour la richesse des personnages, que pour le contexte historique.  Comme le dit la quatrième de couverture, ce livre paru en 1936, montre avant l'heure, la dangerosité d'Hitler et du nazisme. Elsa sera broyée par l'Histoire. Michel et Max , très touchés également, sont très émouvants, en particulier Max, qui malgré sa jeunesse comprend parfaitement les motivations d'Elsa dans sa quête éperdue et son sacrifice.  

 

Livre lu dans le cadre du mois Kessel chez Denis (challenge littérature francophone)

LittFrancophone

Partager cet article

Repost 0
Published by Valentyne - dans Challenge
commenter cet article

commentaires

lilousoleil 01/05/2013 20:59

Tu as écrit un bien bel article sur ce livre que j'avais aussi l'intention de lire que j'ai sorti de la médiathèque mais que pressée par d'autres lectures je n'ai pas encore eu le temps de lire. Je
connais un peu le film, le dernier de Romy Schneider. Mais je le lirai c'est certain car un Kessel n'est jamais décevant ce sont des valeurs sûres.
avec le sourire
et le brin de muguet avant que le 1er mai s'en aille

Valentyne 15/05/2013 11:49



Merci Lilou , je découvre Kessel bien tard mais effectivement sur deux livres lus récemment j'ai adoré ;-)



DENIS 13/04/2013 21:28

très bel article pour un livre que j'avais vraiment aimé et que tu me donnes envie de relire
merci pour ta contribution à ce mois Kessel
j'ai bientôt terminé "Mermoz" écrit à la même époque, passionnant

Valentyne 14/04/2013 07:39



Merci Denis pour m'avoir recommandé ce livre ;-)


Je note "Mermoz" ;-)



laure 12/04/2013 21:46

Encore une fois un très bon Kessel à ce que j'en lis. Je le note aussi :D
Bises et belle soirée Valentyne :D

Valentyne 14/04/2013 07:22



oui un très bon livre ;-) la fin est très triste (mais ne pourrait être autrement) 



Eeguab 11/04/2013 20:20

Un bon film,en tout cas.Je n'ai pas lu le livre.A bientôt Val.

Valentyne 12/04/2013 20:35



Je croyais avoir vu le film mais je confondais avec un autre. En tout cas un bon mment de lecture, un peu triste mais très juste.... bonne soirée Claude ;-)



Arieste 11/04/2013 17:50

je n'avais pas entendu parler de ce livre, mais je retiens son nom, il est fascinant de voir que certaines personnes avaient anticipé ce qui s'est passé

Valentyne 12/04/2013 20:33



Un très bon livre pour ma part ;-) je te le recommande ;-)



Présentation

  • : L' Echo Des Ecuries
  • L' Echo Des Ecuries
  • : Raconter des histoires (de poneys et de chevaux mais pas seulement) Participer à des défis littéraires
  • Contact

Recherche

Archives