Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 03:30

plumedesmotsunehistoire3

Les liens vers les autres participants sont chez  Olivia

 

  

 

Le début de l’histoire est dans la rubrique Isabelle  à droite

 

 

Bref rappel des épisodes précédents : Isabelle et Josée, les ponettes, O Gaby Scarlett et leur 3 chatons,  Gambit, le grillon, Ti faon et la fée Caraïbe sont toujours à la recherche de leur Ami Tigoua. A la kermesse que la fée Rosse Davocat a organisée, le fiancé de la fée, le redoutable Lewis Scarole n’a pas apprécié qu’un des petits chats lui manque de respect et les amis sont à nouveaux emprisonnés, cette fois dans le labyrinthe du redoutable Lewis.

 

 

Tous les amis sont emmenés par les hérissons qui les tiennent solidement attachés.

L’équipage arrive devant une immense machine. Un des hérissons appuie sur un bouton lumineux, les portes s’ouvrent :

-          un ascenceur, mais où nous emmène t il ? miaule O Balai, qui n’a pas sa langue dans sa poche, et qui même ligoté, aime poser des questions.

-          Silence, ceci n’est pas un ascenceur, lui répond un des hérissons mais un descendeur. Nous vous emmenons dans le repaire secret de Fée Rosse Davocat et de Lewis Scarole, ce repaire se situe tout en dessous de la Montagne Pelée.

-          La Montagne Pelée ? , s’exclame Isabelle. N’est ce pas un ancien volcan ? Veulent ils nous faire cuire dans une marmite pleine de magma ?

-          Non non, pas de risque, poursuit un hérisson : Fée Rosse et sa Majesté Lewis sont végétariens tous les deux, par contre ils sont susceptibles et ne supportent pas qu’on leur manque de respect.

-          Magnifique, s’écrie O Gaby, en faisant la moue, comment allons nous nous tirer de ce mauvais pas ?

-          Ce n’est pas le moment de baisser les bras, murmure Scarlett. Nous trouverons bien un moyen de nous faire la malle et de nous échapper des griffes de ces malotrus. Patientons, nous allons trouver une idée !

Sans trop les malmener, les hérissons les installent dans une grande pièce : « ne bougez pas, vous allez avoir de la visite ! »

Soudain ils entendent les portes qui s’ouvrent avec un grand bruit et un grand cri retentit: « O Gaby, Scarlett, Josée, Isabelle,  les chatons, vous ici ? »

C’est Tigoua qui débarque, en courant, propulsé par les hérissons : il est un peu pâle de ne pas avoir vu le soleil depuis longtemps, mais tous les amis le reconnaissent bien, à sa démarche maladroite. Celle-ci est due à son attelle qu’il n’a pas perdue dans le naufrage.

Les amis s’embrassent, malgré leurs liens. Ils sont tellement contents de se retrouver après toutes ces recherches et ce long voyage à travers la Martinique, que certains éclatent de rire et d’autres fondent en larmes.

- Allez pas de découragement, réfléchissons pour trouver une issue à cette prison. D’abord il faut nous libérer de nos liens. La moutarde commence à me monter au museau, s’énerve O Gaby, le chat malicieux.

A ce moment, les deux ponettes se regardent, effarées, en disant « que se passe il ? : je me sens toute serrée » et devant leurs amis, ébahis, elles commencent à grossir, à grandir……….. et à reprendre leur taille normale.

« La mixture de gnomes a fini son effet. Rester à cette taille de chat ne pouvait qu’être éphémère les ponettes ! » marmonne la fée Caraïbe :  Vous avez commencé votre métamorphose et vous allez reprendre votre taille, enfin j’espère ! si je ne me suis pas trompée dans les proportions  » finit elle.

D’un coup d’un seul, les lianes qui les maintenaient immobiles, lâchent et les voilà libres de leurs mouvements.

Revenue à sa taille normale, Isabelle s’ébroue joyeusement et commence à grignoter les liens qui sont autour des pattes des chats, du grillon, de la fée et de Ti Faon. Tigoua  aide les ponettes du mieux qu’il peut

« Ca y est, les marmots sont détachés eux aussi » dit Scarlett en léchant et en massant les pattes endolories de ses chatons. On va trouver de quoi te panser dit elle à son petit dernier qui a une patte tout écorchée.

Une fois tout le monde libéré, les présentations sont faites : En effet Ti faon, la fée Caraïbe et Gambit ne connaissent pas Tigoua. Les amis se réunissent en rond pour bâtir un plan d’évasion. Isabelle se sent toute groggy d’avoir grandi si vite : « je crois que je vais être malade, j’ai un début de migraine et  j’ai la tête qui tourne d’être si grande »

- Cela peut être aussi l’effet de la métronitude, la prévient Tigoua.

- Qu’est ce que c’est la métronitude ? demande Isabelle

- C’est un peu comme l’altitude mais sous la terre :  une sorte de maladie qui dure le temps de s’adapter à vivre sous terre, un peu comme dans le métro  :  nous sommes à des kilomètres de la surface de la terre leur apprend Tigoua , dans le repère d’Audrey et de Mylène.

- Audrey Mylène, qui sont ces personnes ? demandent en chœur les amis

- Les gardiennes du magot de Fée rosse, leur apprend Tigoua  

- En fait ce sont des sœurs jumelles et leurs vrais noms sont  Mylène la mygale et Audrey Matautou

- Des mygales, dit Isabelle en tournant de l’œil. Quand je pense que je suis allergique aux abeilles. Qu’est ce que cela va être si je me fais piquer par une Mygale ?

Tigoau s’empresse de la rassurer : « ne t’inquiète pas : elles sont inoffensives si tu les ignores et si tu ne les provoques pas ! Je pense même qu’elles pourraient nous prêter main forte (enfin patte forte) pour sortir de là ! Je ne suis pas sûr qu’elles apprécient tant que cela les deux monarques Fée Rosse Et Lewis Scarole.

- C’est pas tout ça, entend on soudain, mais quand est ce qu’on mange ? chantent les trois petits chats toujours affamés.

- Oui c’est bientôt midi, admet Tigoua, on perd vite la notion du temps sans le soleil pour nous guider: Suivez moi je vais vous amener au garde manger.

En effet les amis se rendent compte que même un peu pâle, Tigoua n’a pas perdu de ces rondeurs : « il doit y avoir des petits plats mitonnés avec amour » rajoute La fée.

Tigoua leur fait prendre une petite porte cachée derrière un rideau de mi-madras, mi cachemire dans un coin de la pièce: Les deux ponettes, avec leur taille, ont un peu de mal à passer mais à force de contorsions, tout le monde arrive à sortir du cachot et se retrouve dans un couloir où on voit des tunnels partir dans toutes les directions. Un véritable Labyrinthe. Les amis prennent une fois à droite, deux fois à gauche et débouchent sur des kilomètres et des kilomètres de galeries creusées sous la montagne. « Ouf, heureusement que nous avons arrêté de grossir, s’exclame Josée, un éléphant ne passerait pas par ici », fait elle en se penchant dans une galerie plus petite que les autres. Ces galeries sont légèrement éclairées avec des loupiotes scultpées dans des noix de coco en forme de fleurs, tulipes, roses, Hibiscus. Quelle féérie ces ombres et lumières ! admire Scarlett ;

Des planches en arbres divers, sapins, palmiers et cocotier soutiennent ces galeries . certains murs, affaissés, auraient besoin de travaux de relèvement et de consolidation, mais globalement , les murs paraissent bien entretenus.

Un peu plus loin ils rentrent dans une pièce remplie de nourritures fabuleuses : « du miel, de la mâche, du maïs, des miches de pain, des mangues, de la soupe à la muscade, des miettes de crabe » s’exclament ils les uns après les autres émerveillés ; « Et là on a un  petit moulin à eau » s’exclame Gambit, charmé.

Au fond de la pièce, un réceptacle abrite une scène miniature remplie de statuettes et  de santons. « Une maquette de la galerie », leur montre Tigoua. « Ces galeries ont été établies, il y a fort longtemps en Martinique, du temps de l’esclavagisme, pour les esclaves qui parvenait à s’enfuir des plantations », les informe Tigoua.

- Dis Papa, c’est quoi l’esclavagisme ? demande O Buro

- Pour la Martinique, c’est un passé douloureux. Les ancêtres des martiniquais d’aujourd hui ont été enlevés d‘Afrique par des marchands d’esclaves. Ces africains ont été emmenés ici de force en Martinique où  ils ont été privés de liberté et obligés de faire des travaux effroyablement durs. Peu nourris et maltraités, beaucoup de ces esclaves sont morts dans une grande détresse, sans revoir leur famille restée en Afrique. Ces hommes, ces femmes et ses enfants étaient considérées non pas comme des êtres humains , mais comme des possessions de leurs « maîtres », une sorte de meubles. Quand nous serons sortis d’ici, faites moi penser de vous emmener à Schoelcher et au mémorial de Cap 110, à l’anse Caffard, au Diamant, les enfants !  L’esclavage en Martinique est une pratique honteuse qui a été abolie par Schoelcher en 1848, selon le calendrier humain.

Le petit discours d’O Gaby jette un froid dans l’assistance. Les amis frissonnent comme si soudain un  frimas du pôle nord leur était tombé dessus, impressionnés par l’histoire de O Gaby.

- Bon au moins on ne va pas mourir de faim ou de soif, se réjouit O Balai en se jetant sur les accras de morue.

- Non pas de danger, le petit peuple de la montagne est très accueillant : « le seul problème est que depuis que je suis là je n’ai pas trouvé la sortie»  se désole Tigoua . « En même temps je n’ai pas un sens de l’orientation très sûr ! »

- Oui ces bougies qui éclairent ces galeries sous la montage sont plutôt romantiques dit O Gaby avec une regard énamouré à Scarlett, En même temps remuons nous on va pas hiberner ici ! d’ailleurs on doit vite perdre la notion du temps sous terre

- Mangeons, une fois rassasiés, nos méninges pourront nous souffler un plan. Nous verrons ensuite comment sortir d’ici mais parle nous un peu plus, Tigoua, du Petit Peuple de la Montagne, minaude Scarlett.

 

 

Les mots récoltés par Olivia

 

Tulipe – éléphant – calendrier – hiberner - panser – cachemire – romantique – réceptacle - malmener – féérie – sapin – possession – voyage - fondre - larme -esclavagisme - éphémère - lumineux - relèvement - santon - silence - chanter - frimas – métro

 

 

CAP 110 à la Martinique : photo du net

 

 

cap_110-BIS.jpg

 

 

 

cap_110.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article

commentaires

Aymeline 19/12/2011 22:51

toujours aussi sympathique. Je ne connaissais pas l'histoire des souterrains mais j'ai hâte de savoir où nous mène cette histoire :D

val 20/12/2011 08:34



l 'histoire des souterrains n'a aucune réalité historique ;-( Pur produit de l'imagination;-)



Emile 10/12/2011 08:51

C'est mieux que les Fables de La Fontaine !! Bravo !

val 13/12/2011 12:14



Merci l'émile voyageur dans le temps :-)



douceurslitteraires 09/12/2011 22:35

Quelle imagination!! Je découvre les aventures d'Isabelle et j'aime beaucoup!

val 13/12/2011 12:12



merci douceurslittéraires et à bientôt ;-)



Pierrot Bâton 09/12/2011 16:15

Qelle vie qu' ils mènent, ces pov' zanimos ...

val 13/12/2011 12:12



n'est ce pas :-)



Asphodèle 09/12/2011 15:01

P.S. : YES ! Je sais ce qu'il faut maintenant oour stopper Wens dans ses élans meurtriers, entre glisser une mygale dans son holster ou lui faire avoir une attaque, c'est bon !^^ Merci Val du coup
de main !

val 13/12/2011 12:12



de rien ;-) ce sera à déduire de mon prochain contrat



Présentation

  • : L' Echo Des Ecuries
  • L' Echo Des Ecuries
  • : Raconter des histoires (de poneys et de chevaux mais pas seulement) Participer à des défis littéraires
  • Contact

Recherche

Archives