Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 03:30

plumedesmotsunehistoire3

Les liens vers les autres participants sont chez  Olivia

 

  

 

Le début de l’histoire est dans la rubrique Isabelle  à droite

Bref rappel des épisodes précédents : Isabelle et Josée, les ponettes, O Gaby Scarlett et leurs 3 chatons,  Gambit, le grillon, Ti faon et la fée Caraïbes ont retrouvé leur Ami Tigoua. Ils sont retenus prisonniers dans le labyrinthe de la fée Rosse Davocat et de son fiancé, le redoutable Lewis Scarole.

 

 

Tigoua commence alors à raconter sa rencontre avec le petit peuple de la montagne.

« Après le naufrage au Diamant, Fée Rosse m’a fait emmener ici. J’étais bien mal en point : j’avais avalé de l’eau par les naseaux, j’étais presque noyé. Au bout de quelques heures, j’ai repris connaissance grâce à une créature bizarre que je n’avais jamais vu : un homme tout petit, une sorte de nabot, tout de vert vêtu, s’efforçait de me faire boire une soupe aux ignames. Et vous savez, moi je déteste les ignames presque autant que les navets. Manger ces légumes pour un rat c’est contre nature, mais je dois dire que c’est un remède efficace ! Plus tard, un autre nain est venu s’occuper de moi et a réussi à faire tomber la fièvre. Ce nain était tout de  bleu vêtu. Ce petit peuple exceptionnel  m’a vraiment sauvé la ….. »

 

-          « C’est génial » ! s’amuse O Balai. « Et les nains, il sont  combien ? il y en a sept ? » continue t il , « je vais pouvoir leur demander une dédicace sur mon livre de contes ? »

 

-          « O Balai,  le reprend sa maman as-tu déjà oublié tes résolutions de début d’année : tu as promis de ne plus couper la parole à tout bout de champ »

 

-          « Ce n’est pas grave Scarlett, déclare Tigoua. Pour répondre à ta question , O Balai, ici il n’y a pas 7 nains mais neuf : mais d’ailleurs c’est bizarre qu’on n’en aie vu aucun, ils doivent avoir peur de vous, je ne suis pas sûr qu’ils aient déjà vu des chats, ni des poneys ou des grillons. Je suis sûr qu’ils ont déjà vu des fées mais chaque fée est unique et tellement différente des autres !  Ouh ouh où êtes vous, les Neufs »?  

 

-          Ici, entend-on soudain. Derrière Tigoua apparaissent des nains intimidés :

-          « Nuage, Nénuphar sortez de là ne soyez pas timides » dit Tigoua.

 

Nuage, le nain vêtu de blanc s’avance et salue les amis de Tigoua ; Une main minuscule sort de son habit cotonneux. Sa barbe, en coton également, traîne jusqu’au sol. Un trousseau de clés cliquètent le long de son habit.

 

Derrière lui, Nénuphar, une naine vêtue de vert, s’avance et secoue son petit chapeau pointu, couleur fleur de nénuphar. On l’entend déclarer de sa petite voix nasillarde  « Vous voici enfin, les amis de Tigoua. Il nous a parlé de vous tous les jours, depuis qu’il est ici ; il savait bien que vous viendriez le chercher. »  

Une fois les deux premiers nains apparus, les sept suivant semblent abandonner leur timidité et débarquent à petits pas, les uns derrière les autres, en file indienne.

Narcisse, le nain jaune lui secoue ces clochettes en chantonnant: « Que diriez vous d’une partie de cartes ? j’ai toujours un jeu sur moi. On pourrait faire un tournoi de cartes. Dites oui , dites oui !!  »

Napperon, la naine vêtue de rouge, se cache derrière  sa pèlerine couleur sang, tout intimidée, ses beaux yeux battant des cils tout en sensualité. Nuit, la naine vêtue de noir, ne la quitte pas d’une semelle. Il faut plisser les yeux pour le distinguer dans le brouillard du tunnel. Numéro, le nain bleu-azur, sifflotte des notes de musiques « Bienvenue, les copains de Tigoua, Bienvenue »

Nougatine, la naine orange et Nectar, le nain violet, Noisette le nain marron ferment la marche.

O Gaby, Scarlett, et leurs chatons sont ravis de ce débarquement.

 

- Dites, elle est où Blanche Neige ?  veut savoir O Buro

- Tu te trompes, le taquine Nougatine. Blanche Neige vit au pays des sept nains nos lointains cousins. Ici pas de Blanche Neige : juste nous les Neufs !

 

O Gaby reprend la parole. « Malgré votre accueil charmant, les amis, nous ne pouvons rester ici : ce n’est pas un endroit pour élever des chatons : pas assez de lumière, j’ai besoin de voir les étoiles, le soleil, la lune. Et puis les jardins de Balata me manquent trop »

- Oui, renchérit Scarlett : comment sort on d’ici, organisons notre retour  à l’air libre ?

- Moi aussi je souhaite repartir, admet Tigoua : même si je n’oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi les amis.

 

Les nains baissent la tête,  un peu triste à l’idée du départ de Tigoua. Nuit prend la parole : « Nous ne sommes pas sortis depuis des années, notre peuple s’accommode si bien de la vie nocturne, mais nous allons vous aider et voir si on peut remettre la Nacelle en état de marche ! »

 

- La Nacelle ? s’écrient les chats à l’unisson.

 

- « Oui il s’agit d’un immense panier, relié à la surface avec de grandes cordes. Il nous  servait naguère à descendre le bois utilisé pour  construire ces galeries. On s’en servait aussi pour remonter à la surface de temps en temps. Venez c’est par là, je ne sais pas si la nacelle est en état de marche. Il faudra que vous remontiez doucement si on ne veut pas que les nœuds des cordes craquent. Par contre il faudrait faire attention, les amis, car Lewis et la Fée Rosse ne vont pas vous laisser s’échapper comme cela »

 

A nouveau, les animaux se remettent à arpenter les couloirs de la Montagne Pelée, les nains, leurs guides, passent devant pour montrer le chemin.  

 

Arrivés au fonds d’un puits très profond, on aperçoit tout en haut un minuscule bout de ciel bleu, bordé de rochers et de quelques fougères : la nacelle est dans un état pitoyable : assez grande pour qu’ils montent tous dedans mais très vermoulue.

 

- « C’est Impensable que vous y arriviez, cela fit des années que la nacelle est à l’abandon»  prévient un des nains.

 

Cependant, ni une ni deux, toute l’équipe grimpe dedans et les neufs nains se mettent à tirer les cordes en rythme : une deux, une deux, scandent ils en chœur pour se donner du courage. Mais rapidement, tout le monde se rend compte qu’il y a un problème, la nacelle monte plus vite d’un côté que de l’autre.

 

- C’est parce que d’un côté il y a cinq nains qui tirent et que de l’autre il y en a quatre, analyse O Balai, en se penchant par-dessus bord.

 

- « Ok j’arrête de tirer alors » dit le nain jaune. Je vais vous motiver en chantant une petit chanson : « j’aime la galette quand elle est bien faite avec du beurre dedans, j’aime la galette….. »

 

Maintenant les forces sont équilibrées et la nacelle reprend sa lente ascension. Mais il est de plus en plus difficile pour les nains  de tirer au fur et à mesure que la nacelle s’élève vers le haut du puits.

 

Soudain, la fée Caraïbes s’exclame : « nom d’un scroneuneu , suis-je bête, il me reste de la mixture de gnomes : avalez moi cela les ponettes, vous allez rétrécir et peser moins lourd, comme cela les nains pourrons continuer à nous hisser »

 

 - Dis je peux en avoir moi aussi de la mixture ? demande O Balai,. Comme cela je serais plus léger.

 

- Nigaud, lui répond la fée : tu est déjà poids plume : tu veux disparaître coquin de chat ?  

  

- Non et non je veux plus en prendre de cette mixture, annonce Isabelle : cela me donne des nausées épouvantables.

 

Mais, à ce moment là, les animaux voient débouler du tunnel la garde des hérissons de Lewis et de la fée Rosse au pas de course : ils n’ont pas l’air ravi et Isabelle et Josée  avalent leur mixture d’une seul coup. Aussitôt, elles diminuent, diminuent, la nacelle devient toute légère, part comme une fusée vers le haut. Ils atteignent le sommet du puits à l’air libre.

 

- Et maintenant comment va ton faire ?  demande Scarlett.

 

- Nous allons rejoindre Balata : c’est à peine à 20 kilomètres selon ma carte de la Martinique et ce graphe. Regarder c’est marqué là : Orthodromie Montagne pelée, Balata 20 kilomètres

 

- Orthodromie cela veut dire quoi ?  demande O Balai :

 

- Cela veut dire à vol d’oiseau, mon bonhomme.  Par la route c’est beaucoup plus long mais on va passer à travers champs et forêts.

 

- D’ailleurs en parlant d’oiseau, voyez vous ce que je vois !, s’exclame Scarlett.

 

Et les amis, médusés voient s’approcher dans le ciel  l’hélicoptère de Cock Pitt, le coq qui vient chercher les évadés.

 

« Et en plus il remorque le giraumon volant derrière lui : on va tous pouvoir s’envoler d’ici. » poursuit O Gaby.

 

- Oh on dirait l’arrivée de James Bond en hélico, c’est encore plus impressionnant qu’une cascade au cinéma, s’enthousiasme Ti faon, plein d’ivresse.  

 

- Coupons d’abord les cordes pour que les hérissons ne nous poursuivent pas, s’exclame O Gaby, qui joint le geste à la parole. Poussez vous les nains, crie t il, la nacelle arrive. Les nains se sauvent, la nacelle vermoulue se disloque au fonds du puits  dans un grand tintamarre.

 

- L’évasion a réussi, jubilent les amis ; jusqu’au moment où on entend O Berlioz dire : « je crois que Tigoua est resté dans la nacelle ! »

 

Les mots collectés par Olivia

Guide - retour  – nuit - couleur –dédicace – clé – cinéma – rocher – brouillard – étoile - orthodromie – exceptionnel - cascade – oublier – nacelle – sensualité – ivresse – galette - tintamarre  - impensable- résolution - graphe

 

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 03:30

plumedesmotsunehistoire3

Les liens vers les autres participants sont chez  Olivia

 

  

 

Le début de l’histoire est dans la rubrique Isabelle  à droite

 

 

Bref rappel des épisodes précédents : Isabelle et Josée, les ponettes, O Gaby Scarlett et leur 3 chatons,  Gambit, le grillon, Ti faon et la fée Caraïbe sont toujours à la recherche de leur Ami Tigoua. A la kermesse que la fée Rosse Davocat a organisée, le fiancé de la fée, le redoutable Lewis Scarole n’a pas apprécié qu’un des petits chats lui manque de respect et les amis sont à nouveaux emprisonnés, cette fois dans le labyrinthe du redoutable Lewis.

 

 

Tous les amis sont emmenés par les hérissons qui les tiennent solidement attachés.

L’équipage arrive devant une immense machine. Un des hérissons appuie sur un bouton lumineux, les portes s’ouvrent :

-          un ascenceur, mais où nous emmène t il ? miaule O Balai, qui n’a pas sa langue dans sa poche, et qui même ligoté, aime poser des questions.

-          Silence, ceci n’est pas un ascenceur, lui répond un des hérissons mais un descendeur. Nous vous emmenons dans le repaire secret de Fée Rosse Davocat et de Lewis Scarole, ce repaire se situe tout en dessous de la Montagne Pelée.

-          La Montagne Pelée ? , s’exclame Isabelle. N’est ce pas un ancien volcan ? Veulent ils nous faire cuire dans une marmite pleine de magma ?

-          Non non, pas de risque, poursuit un hérisson : Fée Rosse et sa Majesté Lewis sont végétariens tous les deux, par contre ils sont susceptibles et ne supportent pas qu’on leur manque de respect.

-          Magnifique, s’écrie O Gaby, en faisant la moue, comment allons nous nous tirer de ce mauvais pas ?

-          Ce n’est pas le moment de baisser les bras, murmure Scarlett. Nous trouverons bien un moyen de nous faire la malle et de nous échapper des griffes de ces malotrus. Patientons, nous allons trouver une idée !

Sans trop les malmener, les hérissons les installent dans une grande pièce : « ne bougez pas, vous allez avoir de la visite ! »

Soudain ils entendent les portes qui s’ouvrent avec un grand bruit et un grand cri retentit: « O Gaby, Scarlett, Josée, Isabelle,  les chatons, vous ici ? »

C’est Tigoua qui débarque, en courant, propulsé par les hérissons : il est un peu pâle de ne pas avoir vu le soleil depuis longtemps, mais tous les amis le reconnaissent bien, à sa démarche maladroite. Celle-ci est due à son attelle qu’il n’a pas perdue dans le naufrage.

Les amis s’embrassent, malgré leurs liens. Ils sont tellement contents de se retrouver après toutes ces recherches et ce long voyage à travers la Martinique, que certains éclatent de rire et d’autres fondent en larmes.

- Allez pas de découragement, réfléchissons pour trouver une issue à cette prison. D’abord il faut nous libérer de nos liens. La moutarde commence à me monter au museau, s’énerve O Gaby, le chat malicieux.

A ce moment, les deux ponettes se regardent, effarées, en disant « que se passe il ? : je me sens toute serrée » et devant leurs amis, ébahis, elles commencent à grossir, à grandir……….. et à reprendre leur taille normale.

« La mixture de gnomes a fini son effet. Rester à cette taille de chat ne pouvait qu’être éphémère les ponettes ! » marmonne la fée Caraïbe :  Vous avez commencé votre métamorphose et vous allez reprendre votre taille, enfin j’espère ! si je ne me suis pas trompée dans les proportions  » finit elle.

D’un coup d’un seul, les lianes qui les maintenaient immobiles, lâchent et les voilà libres de leurs mouvements.

Revenue à sa taille normale, Isabelle s’ébroue joyeusement et commence à grignoter les liens qui sont autour des pattes des chats, du grillon, de la fée et de Ti Faon. Tigoua  aide les ponettes du mieux qu’il peut

« Ca y est, les marmots sont détachés eux aussi » dit Scarlett en léchant et en massant les pattes endolories de ses chatons. On va trouver de quoi te panser dit elle à son petit dernier qui a une patte tout écorchée.

Une fois tout le monde libéré, les présentations sont faites : En effet Ti faon, la fée Caraïbe et Gambit ne connaissent pas Tigoua. Les amis se réunissent en rond pour bâtir un plan d’évasion. Isabelle se sent toute groggy d’avoir grandi si vite : « je crois que je vais être malade, j’ai un début de migraine et  j’ai la tête qui tourne d’être si grande »

- Cela peut être aussi l’effet de la métronitude, la prévient Tigoua.

- Qu’est ce que c’est la métronitude ? demande Isabelle

- C’est un peu comme l’altitude mais sous la terre :  une sorte de maladie qui dure le temps de s’adapter à vivre sous terre, un peu comme dans le métro  :  nous sommes à des kilomètres de la surface de la terre leur apprend Tigoua , dans le repère d’Audrey et de Mylène.

- Audrey Mylène, qui sont ces personnes ? demandent en chœur les amis

- Les gardiennes du magot de Fée rosse, leur apprend Tigoua  

- En fait ce sont des sœurs jumelles et leurs vrais noms sont  Mylène la mygale et Audrey Matautou

- Des mygales, dit Isabelle en tournant de l’œil. Quand je pense que je suis allergique aux abeilles. Qu’est ce que cela va être si je me fais piquer par une Mygale ?

Tigoau s’empresse de la rassurer : « ne t’inquiète pas : elles sont inoffensives si tu les ignores et si tu ne les provoques pas ! Je pense même qu’elles pourraient nous prêter main forte (enfin patte forte) pour sortir de là ! Je ne suis pas sûr qu’elles apprécient tant que cela les deux monarques Fée Rosse Et Lewis Scarole.

- C’est pas tout ça, entend on soudain, mais quand est ce qu’on mange ? chantent les trois petits chats toujours affamés.

- Oui c’est bientôt midi, admet Tigoua, on perd vite la notion du temps sans le soleil pour nous guider: Suivez moi je vais vous amener au garde manger.

En effet les amis se rendent compte que même un peu pâle, Tigoua n’a pas perdu de ces rondeurs : « il doit y avoir des petits plats mitonnés avec amour » rajoute La fée.

Tigoua leur fait prendre une petite porte cachée derrière un rideau de mi-madras, mi cachemire dans un coin de la pièce: Les deux ponettes, avec leur taille, ont un peu de mal à passer mais à force de contorsions, tout le monde arrive à sortir du cachot et se retrouve dans un couloir où on voit des tunnels partir dans toutes les directions. Un véritable Labyrinthe. Les amis prennent une fois à droite, deux fois à gauche et débouchent sur des kilomètres et des kilomètres de galeries creusées sous la montagne. « Ouf, heureusement que nous avons arrêté de grossir, s’exclame Josée, un éléphant ne passerait pas par ici », fait elle en se penchant dans une galerie plus petite que les autres. Ces galeries sont légèrement éclairées avec des loupiotes scultpées dans des noix de coco en forme de fleurs, tulipes, roses, Hibiscus. Quelle féérie ces ombres et lumières ! admire Scarlett ;

Des planches en arbres divers, sapins, palmiers et cocotier soutiennent ces galeries . certains murs, affaissés, auraient besoin de travaux de relèvement et de consolidation, mais globalement , les murs paraissent bien entretenus.

Un peu plus loin ils rentrent dans une pièce remplie de nourritures fabuleuses : « du miel, de la mâche, du maïs, des miches de pain, des mangues, de la soupe à la muscade, des miettes de crabe » s’exclament ils les uns après les autres émerveillés ; « Et là on a un  petit moulin à eau » s’exclame Gambit, charmé.

Au fond de la pièce, un réceptacle abrite une scène miniature remplie de statuettes et  de santons. « Une maquette de la galerie », leur montre Tigoua. « Ces galeries ont été établies, il y a fort longtemps en Martinique, du temps de l’esclavagisme, pour les esclaves qui parvenait à s’enfuir des plantations », les informe Tigoua.

- Dis Papa, c’est quoi l’esclavagisme ? demande O Buro

- Pour la Martinique, c’est un passé douloureux. Les ancêtres des martiniquais d’aujourd hui ont été enlevés d‘Afrique par des marchands d’esclaves. Ces africains ont été emmenés ici de force en Martinique où  ils ont été privés de liberté et obligés de faire des travaux effroyablement durs. Peu nourris et maltraités, beaucoup de ces esclaves sont morts dans une grande détresse, sans revoir leur famille restée en Afrique. Ces hommes, ces femmes et ses enfants étaient considérées non pas comme des êtres humains , mais comme des possessions de leurs « maîtres », une sorte de meubles. Quand nous serons sortis d’ici, faites moi penser de vous emmener à Schoelcher et au mémorial de Cap 110, à l’anse Caffard, au Diamant, les enfants !  L’esclavage en Martinique est une pratique honteuse qui a été abolie par Schoelcher en 1848, selon le calendrier humain.

Le petit discours d’O Gaby jette un froid dans l’assistance. Les amis frissonnent comme si soudain un  frimas du pôle nord leur était tombé dessus, impressionnés par l’histoire de O Gaby.

- Bon au moins on ne va pas mourir de faim ou de soif, se réjouit O Balai en se jetant sur les accras de morue.

- Non pas de danger, le petit peuple de la montagne est très accueillant : « le seul problème est que depuis que je suis là je n’ai pas trouvé la sortie»  se désole Tigoua . « En même temps je n’ai pas un sens de l’orientation très sûr ! »

- Oui ces bougies qui éclairent ces galeries sous la montage sont plutôt romantiques dit O Gaby avec une regard énamouré à Scarlett, En même temps remuons nous on va pas hiberner ici ! d’ailleurs on doit vite perdre la notion du temps sous terre

- Mangeons, une fois rassasiés, nos méninges pourront nous souffler un plan. Nous verrons ensuite comment sortir d’ici mais parle nous un peu plus, Tigoua, du Petit Peuple de la Montagne, minaude Scarlett.

 

 

Les mots récoltés par Olivia

 

Tulipe – éléphant – calendrier – hiberner - panser – cachemire – romantique – réceptacle - malmener – féérie – sapin – possession – voyage - fondre - larme -esclavagisme - éphémère - lumineux - relèvement - santon - silence - chanter - frimas – métro

 

 

CAP 110 à la Martinique : photo du net

 

 

cap_110-BIS.jpg

 

 

 

cap_110.jpg

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 00:38

plumedesmotsunehistoire3Le début de l’histoire est dans la rubrique Isabelle à droite

 

Bref rappel des épisodes précédents : Isabelle et Josée, les ponettes, O Gaby Scarlett et leur 3 chatons, Gambit, le grillon, Ti faon et la fée Caraîbe sont toujours à la recherche de leur Ami Tigoua. Après avoir vogué sur la rivière Lézarde, ils se retrouvent, dans la forêt tropicale, à la kermesse que la fée Rosse Davocat organise pour ses fiançailles.



 

 

Les amis se ruent alors sur le lunch installé sous les palétuviers : « la fée Rosse et son fiancé ne devraient apparaître que dans un quart d’heure » leur a dit Khali le Manicou.

 

Les chatons se régalent de tartines, de fruits plus colorés les uns que les autres.

 

« Moi, j'ai toujours faim au réveil, s'exclame O Balai, qui montre à ses frères sa technique pour ouvrir une noix de coco plus grosse que lui. « vous voyez on la coince comme ceci un coup de pierre et bing : ce n'est pas plus difficile à ouvrir qu'une châtaigne »

 

Exubérant, un deuxième petit chat est grimpé sur une petite montagne de gâteaux et ne sait plus comment redescendre de ce tertre. Finalement il se laisse glisser comme sur un toboggan et atterrit après un magnifique looping. Les trois chatons se disputent les derniers mazarins et galettes de manioc, si bien qu’à un moment Scarlett, leur mère, est obligée d’intervenir pour leur dire d’arrêter leurs disputes. Les autres aventuriers se reposent d’avoir autant pagayé en sirotant des jus divers. L’orchestre dans le coin continue son rythme endiablé, quand soudain un roulement de tambour se fait entendre

 

"Sa majesté, la fée Rosse et le Prince qu’on sort !" annonce un lézard tout endimanché, très solennel.

 

Alors les animaux reculent avec respect et la cour de la fée rosse rentre en scène

 

- La fée rosse n’a pas l’air si terrible que cela, chuchote Isabelle à Josée

 

- oui je trouve même que ses grands yeux sont d’une grande douceur, lui répond Josée, en chuchotant également.

 

Quatre porteurs-langoustes, en livrée rouge, avancent avec une chaise à porteur sur les épaules. Ce palanquin semble venir d’un autre continent, un peu comme une pagode de l’empire du soleil levant : Isabelle en a déjà vu dans des livres d’images.

 

Dans le palanquin-pagode, la fée Rosse et son prétendant sont face à face et saluent la foule, qui les applaudit et les acclame.

 

- Quel étrange couple ! s’étonne O Gaby et d’abord qui est la fée et qui est le fiancé ?

 

En effet dans la pagode, trône un drôle de personnage avec une tête vert olive, et de grandes oreilles, des cheveux très étranges, verts aussi et tout vaporeux, et à côté, un personnage, non moins étrange, un sorte de libellule avec des yeux énormes et des ailes translucides.

 

- La fée doit être la libellule car une fée a forcement des ailes analyse finement O Balai, le chaton futé.

 

 Soudain la libellule prend la parole en lisant son petit papier tellement elle est émue : "chers amis, nous voici réunis aujourd'hui pour célébrer mes fiançailles avec mon cher Lewis ici présent, virgule". La fée s'arrête et s'excuse : "oh excusez moi , mon chargé de discours m'a écrit en toutes lettres virgule sinon j'oublie de respirer, vous aurez bien compris que je ne voulais pas dire virgule. Reprenons , je suis tout émue de ses fiançailles Soyons brefs, que la fête commence" dit elle en regardant amoureusement son fiancé.

 

- Mais ce bonhomme a des drôles de cheveux :on dirait des feuilles de salade lance O Buro le chaton le plus près de cet étrange équipage.

 

Le personnage avec ses cheveux de salade calque ses mouvements sur ceux de sa fiancée : il lève la main et s’apprête à prendre la parole quand soudain O Berlioz le dernier petit chat, et le seul qui n’avait pas parlé jusque là, déclare : « Dis maman pourquoi il a une laitue à la place des cheveux le monsieur ? ». Les parents n’ont pas le temps de le faire taire : Lewis le fameux fiancé a tout entendu et sa tête verte vire au rouge betterave : il a l’air fâché

 

- Qui a osé m’appeler Laitue ? c’est un crime de lèse majesté. Moi Lewis Scarole, ne saurait tolérer ce manque de respect total à mon immortelle personne : Veuillez arrêter sur le champ cet effronté et l’enfermer avec l’autre dans le labyrinthe.

 

Les parents de l’impertinent petit chat s’interposent alors et expliquent la raison de leur venue : Ils recherchent leur ami Tigoua et n’ont pas voulu manquer de respect à sa majesté.

 

- Quoi ce monstre d’agouti est votre ami ? Ce Tigoua m’a manqué de respect puisqu’il a voulu me manger les oreilles, je l’ai donc condamné à errer dans le labyrinthe pour le reste de ses jours, Aucun espoir de retour, ajoute il en ouvrant une grande bouche, sorte de cloaque où on voit s'agiter quelques vers de terre.

 

- Qu’on les arrête tous et qu’on les jette dans le labyrinthe ! ajoute t il cruellement

 

Dans l'indifférence générale, les amis sont emmenés par la garde spéciale du couple Fée Rosse-Lewis Scarole. Cette garde composée de hérissons les ligotent avec des lianes et les emmènent sans autre forme de procès.



 


Les mots collectés par Olivia

réveil – calquer – mazarin – technique – tertre – châtaigne – douceur – cloaque – indifférence – cruellement – mère – tartine  – pagode – virgule – hérisson – retour – laitue – exubérant – forêt – livre – vaporeux – immortels



Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 05:05

Sur le mot d'Eiluned  : Rivière 

rendez vous avec un mot

 

 

Le début de l’histoire est dans la rubrique Isabelle à droite

 

Bref rappel des épisodes précédents : Isabelle et Josée, les ponettes, O Gaby Scarlett et leur 3 chatons, Gambit, le grillon, Coq Pitt, le coq pilote, Ti faon et la fée Caraîbe sont toujours à la recherche de leur Ami Tigoua. Ysatis, la maman iguane, leur a dit que ce n’était pas Féroce Davocat qui avait kidnappé Tigoua mais son homonyme, la fée Rosse Davocat et ils sont repartis tous ensemble vers la forêt tropicale pour rencontrer cette fée.

 

Après un périple de quelques kilomètres dans les airs, les deux équipes, Gloriole à bord du giraumon volant et Guacamole dans l’hélicoptère, arrivent au bord de la rivière 

 

O Gaby explique à Isabelle : « vois tu Isabelle il y a de nombreuses rivières en Martinique. La plus longue est la rivière Lézarde, qui fait une trentaine de kilomètres de long. Elle prend sa source à l'ouest de Gros Morne et serpente doucement jusqu'au Lamentin. Nous, nous allons au début de cette rivière. D'après les explications des iguanes, c'est là que nous devrions trouver la forteresse de la fée Rosse. Vois tu il y a même des villes en Martinique qui ont le nom de rivières : Grand Rivière au nord, Rivière Salée et Rivière Pilote au sud.

 

- Il faut nous arrêter ici, les amis, pas moyen de poursuivre ni avec le giraumon volant ni avec l’hélicoptère, s’exclame Coq Pitt : il faut continuer d’abord en Kayak puis à pattes.

 

Les deux équipes s’entassent dans deux kayaks. Scarlett porte O Balai endormi par toutes ses émotions. Isabelle porte les deux autres chatons.

 

- Heureusement que nous sommes encore de la taille d’un chat grâce à la mixture de gnome de la fée Caraîbe se réjouit Josée, parce que si nous avions notre taille normale de ponettes, nous aurions chaviré depuis longtemps.

 

- Chat viré,crie alors O Balai, en se réveillant brusquement, Quel est le chat qui est viré. Pas moi , Pas moi !!

 

- Mais non ne t’inquiète pas dit Scarlett. Tu étais un peu fatigué de ta séance de sport avec tes amis iguanes alors nous t’avons laissé dormir

 

- Oui, ils sont trop les iguanes. On pourra y retourner ? hein Maman,. Ils m’ont promis qu’ils m’apprendraient aussi le karaté et le kung Fu

 

Les amis remontent alors la rivière pour parvenir à sa source : il faut pagayer fort pour lutter contre le courant. Un peu plus tard, les amis, en nage, accostent sur la berge. La rivière s’est rétrécie et maintenant les kayaks ne peuvent plus passer : les amis continuent à pieds et à pattes : Josée trottine devant, sautant d’un rocher à l’autre comme un cabri, Gambit s’amuse à faire le jockey. Derrière elle, Ti faon et la fée Caraibes, rigolent tout éclaboussé par l’eau de la rivière, projetée par les sabots de la ponette. Viennent ensuite les chats à la queue leu leu, évitant au maximum de mettre les pattes dans l'eau, On dirait qu’ils marchent sur des œufs. Coq Pitt, lui, n’a pas voulu s’éloigner de son hélicoptère et Isabelle ferme donc la marche.

 

La petite troupe se rapproche de plus en plus de la source de la rivière lézarde : ils s'attendaient à se retrouver dans une nature totalement sauvage mais au fur et à mesure ils se rendent compte qu'un bruit de plus en plus fort se rapproche : on entend de la musique, des cris, des rires. Mais qui cela peut il bien être ?

 

Et soudain, au détour d'un méandre de la rivière, voici un spectacle fascinant qui se dévoile à eux : il s'agit d'une fête gigantesque où tous les animaux de la forêt semblent s'être réunis : Ils chantent, mangent, jouent à qui mieux mieux, klaxonnent tant et plus.

 

- Bizarre, Bizarre , s’écrie O Gaby : le carnaval est fini depuis quelques jours !!

 

Enfin, un des animaux s'avance vers eux, sautant comme un kangourou ;

 

- « Mais ce n'est pas un kangourou », dit Isabelle , « un opposum plutôt »:

 

- Chut isabelle? ce n'est pas un opposum c'est un manikou : il ne faut pas l'appeler Opposum il est un peu susceptible !

 

- Ouh là la : ils sont bien susceptibles dans le coin, ces animaux avec leur nom se dit Isabelle.

 

- Bonjour, je m'appelle Khali le manikou. Vous venez pour la kermesse ?

 

- La kermesse, quelle kermesse ?

 

- Eh bien, la fête que la Fée Rosse organise pour ses fiançailles ! tous les habitants de la forêt sont invités !

 

- Ah cela tombe bien. Justement on voulait la voir cette fée pour lui demander de libérer notre ami Tigoua. Où est elle ?

 

- Elle met sa tenue d'apparat, répond le manikou. En attendant venez vous restaurer un peu : il y a des galettes de Kassav avec du ketchup, du sirop de kiwi et plein de bonnes choses !!

 

- Kassav, c'est le groupe qui joue de la musique là bas ? demande Isabelle en se dandinant en rythme ??

 

- Non kassav, explique Scarlett à Isabelle, ce sont ces galettes là : Kassav veut dire Manioc en créole

 

- Bien, elle ne doit pas être si méchante cette fée si elle se fiance. Elle a un amoureux : cela va être le bon moment pour lui demander de libérer Tigoua, applaudissent les ti chats

 

- J’espère que son fiancé ne sera pas trop féroce ! En attendant, allons goûter et danser

 

- Isabelle, Isabelle une chanson, crient les ti chats

 

Et Isabelle qui aime bien chanter entame l’air Poney , poney


Poney, reviens
Trouve un bon box bien paillé et tout va bien
Poney, c'est le pied
Chope le blé des deux sabots et mets le de côté
Nouvelle voiture, avoine, écuries quatre étoiles : le rêve
Je crois que je vais m'acheter un harnais
Poney, reviens
Je vais bien, Jack, tiens tes mains à l'écart de mon tas de blé



pour l'air allez voir ici :
http://www.deezer.com/fr/music/pink-floyd#/search/money%20pink%20floyd

 

et la carte de la lézarde est ici

http://www.observatoire-eau-martinique.fr/les-outils/fiches/les-rivieres/riv_la_lezarde.pdf

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 05:48

Sur une idée d'Olivia

 plumedesmotsunehistoire3Le début de l’histoire est dans la rubrique Isabelle à droite



Bref rappel des épisodes précédents : Isabelle, la ponette, O Gaby le fauve rouquin, O Balai, le jeune chat et Gambit, le grillon jovial, sont toujours à la recherche de leur ami Tigoua. Ils ont pénétré dans la demeure de Féroce Davocat, sur l’îlot Chancel pour le délivrer. Au lieu de cela, ils ont été capturés et ligotés par les soldats de Féroce Davocat. Ysatis, la maman iguane, vient les voir dans la salle où ils sont retenus prisonniers.

 

 

 

 

Ysatis, l’iguane albinos, regarde Isabelle et ses amis d’un air menaçant

Les amis, impressionnés, arrêtent de respirer. L’iguane reprend d’une voix douce, qui est étonnante par rapport à son corps imposant, sa peau pâle et ses yeux rouges zinzolin. Elle ordonne à ses soldats d’enlever les cordes qui ligotent les animaux.

 

- Ouf, cela fait du bien, jubile O Gaby, je commençais à être tout ankylosé

 

- Qui êtes vous et que faites vous ici ?  : et surtout pourquoi étiez vous dans la nursery des iguanes ? demande Ysatis, fronçant les sourcils, dès que tout le monde est détaché.

 

Isabelle, un peu rassurée que Ysatis, l’iguane, soit disposée à les laisser vivre, prend la parole :

 

« Nous cherchons notre ami Tigoua, l’agouti, qui a été enlevé par Féroce Davocat, au large du rocher du Diamant ».

 

- Vous vous trompez, Féroce, mon mari ne ferait jamais une chose pareille. Mais je sais bien d’où vient la confusion ; vous devez parler de la Fée Rosse Davocat la sorcière maléfique : Comme fée rosse et féroce se prononcent pareil, il y a souvent des malentendus : Cependant cette fée rosse là n’est pas de notre famille, ni tante, ni cousine, juste un Homonyme.

 

- Dis papa c’est quoi un homonyme demande ? O Balai

 

- Un homonyme est un mot qui se prononce pareil ou qui s’écrit pareil mais qui a un sens différent, lui répond son papa. Féroce, en un mot, est le prénom de l’iguane et Fée Rosse, en deux mots, est le nom d’une fée dont j’ai entendu parler, mais je ne savais pas que son nom de famille était Davocat !

 

- Ah oui ! comme le rhino féroce dont tu parlais l’autre jour en classe ? C’est un est un homonyme aussi ? dit O Balai tout content d’avoir appris un nouveau mot.

 

- C'est bien d’être curieux , junior ! dit son papa dans un éclat de rire. Maintenant arrête de jacasser et écoute ce que Madame Iguane a à nous raconter sur l’autre fée rosse.

 

- D’accord, reprend Ysatis. Comme vous m’avez l’air plein de bonnes intentions et de bonnes résolutions, passons dans le jardin. Et voyons si je peux vous aider dans votre sauvetage. Me voilà rassurée, maintenant vous ne venez pas faire une dégustation de nos oeufs. Vous devez avoir soif, la journée touche à sa fin : venez prendre un jus de jujube bien frais ! Veuillez excuser l’absence de mon mari, Féroce, il est parti pour superviser le déracinement d’un figuier géant et ne rentrera que tard ce soir. 

 

Tout le monde se dirige alors vers le salon d’Ysatis, Le petit iguane nouveau né s’installe comme un jockey sur la jument Isabelle. O Balai le petit chat commence à jouer à saute-coussin avec des iguanes un peu plus vieux ; Gambit s’installe sur un hamac en toile, suspendu entre deux poteaux. O Gaby s’assied également sur un canapé à côté d’Ysatis. Les soldats iguanes sortent alors leurs instruments de musique pour accompagner un chant d’Ysatis : certains ont un djembé, d’autres des bambous percés ; il y en a même un qui joue de l’accordéon ! O Balai interrompt son jeu et esquisse alors une danse de sa composition : un mélange de jerk, de java et de gigue. Pas très académique mais original.

 

- Que fête ton ? demande Isabelle

 

 - La naissance de Purée Davocat, dit la maman, qui émue jusqu’aux larmes, irradie de bonheur, en regardant son nouveau né. Celui-ci, en pleine forme, apprend avec un des ses frères quelques rudiments de judo et de jujitsu sur un tapis en jonc.

 

Après cet intermède musical et sportif, Ysatis reprend la parole et décide d’aider les amis à poursuivre leur voyage pour trouver Tigoua chez la Fée Rosse.

 

- Où habite elle ? s’interroge Isabelle

 

- Dans la forêt tropicale ! Elle est la reine du peuple des Araignées !

 

- Oh , nous y sommes déjà allés dans la forêt tropicale, se rappelle O Balai : « que d’allers et retours pour retrouver notre ami, mais il le mérite » dit il aussitôt

 

- Je suis partisan de nous mettre en route rapidement, miaule O Gaby. Pour cela je propose de contacter notre deuxième équipe l’équipe Guacamole et de partir sans tarder.

 

Aussitôt dit, aussitôt fait. Et voici à nouveau, les deux équipes, Gloriole à bord du Giraumon volant et Guacamole avec Coq Pitt et les autres animaux sont en partance pour la jungle : il faut sauver Tigoua.

 

Pendant ce temps, la maman iguane retient son bébé Purée qui lui aussi veut partir en criant «Isabelle,  Moi aussi je veux vous aider »

 

Les mots collectés par Olivia :

 

Dégustation cousin coussin homonyme zinzolin retour partance respirer irradier déracinement fauve voyage partisan ankylosé araignée vivre résolution forme éclat toile accordéon

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 05:28

plumedesmotsunehistoire3Le début de l’histoire est dans la rubrique Isabelle  à droite

 

 

La garde rapprochée de Féroce Davocat est composée d’iguanes, Endormis, ils sont beaucoup moins impressionnants que sur les livres d’images qu’Isabelle a déjà vu !  Mais tout de même !

 

- Très efficace, cette poudre magique, s’exclame O Gaby  : une sorte d’arme de destruction massive : Heureusement ils sont juste endormis, on les voit bien ronfler!

  

- Vous croyez que Féroce Davocat est un iguane ?  demande Isabelle au reste de l’équipe Gloriole :  O Gaby et O Balai, les deux chats,  et  Gambit le grillon,

  

- Nul ne le sait, répond Gambit, Féroce n’a pas l’habitude de laisser de témoin derrière lui

 

- Où sommes nous ? comment s’appelle cette île ? veut savoir O Balai, le petit chat à la curiosité insatiable.

 

- l’îlot Chancel : le royaume des iguanes, lui répond Gambit  mais chut ! approchons nous de son repaire. Il nous reste quelques heures avant l’aurore : il ne faut pas traîner. Heureusement, cette nuit, quelques nuages cachent la clarté de la lune : les conditions pour une libération rapide de Tigoua sont réunies

 

- Vite Isabelle, passe moi la carte que nous a donnée la fée tout à l’heure : d’un côté nous avons la carte entière de la Martinique et de l’autre nous avons les plus grandes villes et aussi l’Ïlot Chancel : voilà d’après la carte il faut suivre cet itinéraire : aller à gauche puis longer ce muret, le potager planté d’ignames, Voici la maison ! Attention c’est en travaux, ne tombez pas dans ce trou là sur le côté ! Les planches faisant l’obturation de ce trou ne me semblent pas très solides.

 

Les amis se glissent alors le long de la maison, et rentrent par une porte dérobée, les iguanes de Féroce sont tous endormis. Les quatre amis passent sur la pointe des pieds en retenant un frisson lorsqu’ils sont obligés de les frôler pour entrer dans la maison : les deux gardiens-iguanes bouchent le passage. Les deux chats et le grillon n’ont aucun mal à se déplacer sans bruit, cependant, malgré tous ses efforts, Isabelle fait un peu de musique avec ses fers : clap, clap clap

 

-          A mon avis, si Tigoua  est ici, il est détenu en haut de cette tour affirme Gambit : allons y en douceur !

 

Arrivés en haut de l’escalier en colimaçon, les intrus se retrouvent face à une porte fermée avec deux verrous.

 

-          Pour être aussi bien fermée, cette porte doit déboucher soit sur le cachot des prisonniers, soit sur l’endroit où Féroce range sa fortune. Heureusement, j’ai ma panoplie d’agent secret, se félicite Gambit le grillon et  il sort une espèce de mallette remplis d’outils tous plus étranges les uns que les autres

 

-          Vu la hauteur  de la porte, j’imagine sans peine la taille de la pièce derrière celle-ci. Il doit avoir beaucoup d’ennemis, ce Féroce, si derrière se trouve le cachot. Et si c’est la pièce où il garde son trésor, je n’ose pas imaginer le nombre de tirelires et de coffres qu’il doit avoir !

 

-           C’est quoi ça ? fait O Balai, intrigué.

 

-          Un marteau dévisseur, un insecticide,  un interrupteur cyclique, une machine à remonter le temps ................ et voilà ce que je cherchais : un passe partout 

 

Grâce à cet outil original, Ils arrivent à ouvrir la porte fermée  à triple tour :

Doucement ils rentrent dans cette pièce et sont éblouis devant le spectacle sous leur yeux : des étagères à perte de vue et sur chaque étagère, des petits nids adorables avec dans chacun un œuf, certains gros, d’autres petits. On en voit même un dont la coquille se fendille.

 

-          Nous sommes dans la nursery des iguanes ! Pas dans le cachot où Féroce retient ses prisonniers, s’exclame Gambit. Nous avons mal lu la carte : Si nous sommes dans  la salle des œufs alors sortons par ici, la chambre nuptiale est à côté sur la gauche : En théorie, et d’après la carte, ici on doit avoir les cuisines et encore derrière le cachot   Vite sortons, si des iguanes nous trouvent ici, ils pourraient nous attaquer pour défendre leurs œufs et leurs ……

  

Gambit n’a cependant pas le temps de finir sa phrase que l’œuf qui était en train de se fendiller  se casse totalement dans le sens de la longueur et qu’un petit iguane en sort, et accourt, enchanté, vers eux : il gazouille en riant.  

Les amis sont sous le charme d’avoir assisté en direct à la naissance de ce petit iguane et sont comme paralysés

 

-          « Papa, maman » dit il de sa petit voix canaille d’iguane en regardant Isabelle et O Gaby effarés

 

-          Mais nous ne sommes pas tes parents ! font Isabelle et O Gaby en détalant, l’iguane sur leurs talons répétant en boucle : papa , maman, papa , maman !

    

Isabelle, au petit trot dans l’escalier,  fait un bruit d’hippopotame regagnant sa tanière. 

 

Soudain  des soldats iguanes, qui devaient se trouver à l’intérieur de la maison au moment de la projection de poudre de Hiemal, font irruption dans la pièce. Les iguanes ont vite fait de les encercler et de les ligoter.

 

-          Zut et rezut, s’agite O Gaby, ligoté avec une liane, long ruban qui se serre autour de lui au fur et à mesure où il se débat. Nous sommes fais comme des rats pour avoir voulu libérer un agouti : quelle ironie du sort !

 

-          Les amis se regarde penauds, ligotés chacun à un angle de la pièce où les ont conduits les iguanes.

 

-          Combien de temps allons nous rester ici ?  s’impatiente O Balai au bout d’un moment. J’ai faim, moi, et puis je veux ma maman.  Isabelle, tu n’aurais pas un petit en-cas dans ta sacoche : n’importe quoi un peu d’avoine, des granulés, une tartelette au chocolat ! s’imagine t il se léchant déjà les babines.

 

La porte s’ouvre alors et fait apparaître un énorme iguane albinos, tout blanc et avec les yeux rouges

 

-          Féroce !! , s’exclame Isabelle en claquant des dents de peur, ne souhaitant plus qu’une chose, devenir invisible.

 

-          Non, je suis Ysatis, la maman de ce petit coquin, et derrière elle apparaît le bébé iguane qui appelait Isabelle et Ogaby , maman et papa  tout à l’heure

 

 

Les mots collectées par Olivia

 carte – cyclique – panoplie – oeuf – destruction – frissons – obturation – naissance – tartelette – nuage – fortune – orsec (facultatif) – nuptial – ruban – musique – travaux – témoin – canaille – tirelire – aurore – ysatis – iguane

 

Les textes des autres participants sont ici 

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 11:00

machine-brouillons6La suite de l'histoire d'ISABELLE : la ponette à la découverte de la Martinique

Le début de l’histoire est dans la rubrique Isabelle  à droite)

 


Le Giraumon volant avec l’équipe Gloriole s’approche du repaire de Féroce Davocat. Ils commencent à  atterrir discrètement dans une clairière où un hélicoptère est déjà présent.
- « Pitt est déjà là », s’exclame Gambit , le grillon: « il a fait vite »
- « Pitt ? Pitt qui est ce ? » demande Isabelle. « Serait ce le célèbre Brad ?". Elle se tait en voyant un personnage surprenant à côté de l’hélico : En effet, cet hélicoptère a pour pilote non pas un être humain,  mais un coq. Pour le moment, celui-ci est en train de fumer tranquillement sa cigarette en les regardant se poser tout en douceur.

 

profil2ku.jpg


- « Un coq qui fume, on aura tout vu, qu'est ce que c’est que cet huluberlu?», murmure Josée, un peu inquiète. 

 
- « Ne t’inquiète pas, Josée » la rassure la fée : « c’est le pilote le plus compétent et le plus humble que je connaisse : d’ailleurs je te rassure, sa cigarette c’est juste des fleurs d’hibiscus, pas du haschich. Au fait, en créole, Pitt veut dire coq ! Coq est son prénom et Pitt son nom de famille ; Il est un peu susceptible : il déteste son prénom coq. Quand il était petit poussin, ses amis à l’école se moquaient tout le temps de lui en criant : « CoqPitt, cock Pitt, même avec un nom pareil jamais tu ne seras pilote d’hélicoptères car tu as une cervelle de moineau »: Ce sont ces moqueries et humiliations incessantes  qui lui ont donné l’envie et la ténacité de devenir pilote d’hélicoptère. Il préfère qu’on l’appelle Pitt ou alors parfois il demande qu’on l’appelle  Kakas, cela veut dire coq en hongrois, d’autres jour il dit s’appeler Gallo, coq en espagnol et italien. Il en a assez d’être un coq français. »

 


Sans hésiter, Gambit, Ti Faon et la fée se rapprochent du coq et le saluent bien bas
- « Bonjour Pitt . Prêt pour partir à l’assaut de la forteresse de Féroce Davocat ? Viens , nous te présentons les ponettes Josée et Isabelle et les Chats Scarlett, O Gaby, O Buro, O Berlioz et O Balai »

 

- « Bonjour, je m’appelle Pitt, c’est un honneur pour moi de vous aider à libérer votre ami. en avant pour cette opération Gloriole et Guacamole. Ti Faon m’a mis au courant du plan : en marche les enfants, il n’y a pas une seconde à perdre  ». Le coq prend le commandement immédiatement : « Isabelle, O Gaby et O Balai restez dans l’équipe Gloriole.

Les autres avec moi dans l’hélico. Exécution »,  commande le coq
Et illico presto,  il éteint sa cigarette et monte dans le cockpit, le reste de son équipe s’empressant derrière lui comme un seul homme.

 

A peine ses passagers installés, le pilote démarre le  moteur de l’hélico qui part dans un hurlement brisant ainsi l’harmonie qui règnait un instant auparavant. Le décollage de l’engin soulève un vent effrayant, décoiffant au passage les animaux restés au sol.
 

Isabelle, Ti faon, Gambit et la fée complètement hirsutes remontent dans le giraumon volant. Les deux chats O Gaby et O Balai  montent derrière eux dès que le papa chat réussit à récupérer son fiston qui s’était envolé, soufflé par le vent de l’Hélico : on ne dirait d’ailleurs plus un petit chat tellement il est ébouriffé : on dirait plutôt un minuscule hérisson, blotti dans les bras de son papa.

 

« On n’a pas encore vu Féroce Davocat que j’ai déjà l’impression d’être une haridelle sur le retour », se lamente Isabelle. « Il est peut être très fort ce Coq Pitt mais il aurait quand même pu nous laisser le temps de décoller avant lui ».

 

- « il est comme cela Pitt : il faut que cela déménage : vite rattrapons le» , répond Ti Faon qui joint le geste à la parole.

 

Et le giraumon se met à la poursuite de l’hélicoptère.
Les deux engins traversent à nouveau la Martinique et se rapprochent petit à petit  d’un Ilot

Dans le giraumon volant, Ti Faon a branché le haut parleur de la radio et les animaux entendent tout ce qui se passe dans l’hélico et inversement : « Mon hypothèse est que Tigoua est retenu dans la maison de l’îlot de Féroce »:

 

« On dit qu’elle est  hantée », souligne également Ti Faon « mais je crois qu’il s’agit juste de rumeurs organisées par Féroce lui même pour avoir la paix »

Entre temps, la nuit est tombée et la lune les éclaire juste de son halo lumineux

 

- « Je n’ai rien laissé au hasard « : dit Pitt, « je vais faire un premier passage en pulvérisant de la graine de Hiémal que m’a préparée la fée Caraîbes. Sur cet îlot tout le monde va alors s’endormir pendant deux heures. Ensuite vous pourrez intervenir et libérer votre ami»

 

Et Pitt fait un premier passage avec son hélico et déverse une substance étrange, sorte de poudre en or.

Quelques minutes après, l’équipe Gloriole se pose avec son Giraumon volant sur l’îlot et se met à la recherche de Tigoua.


La poudre de Hiémal a été efficace. Une véritable Hécatombe :  elle a figé tous les sujets de Féroce Davocat. Tous les animaux de la cour dé Féroce  sont allongés sur le sol et ronflent en cœur. Ainsi ils ont l’ai beaucoup moins menaçants et presque gentils avec leur peau verte et ridée.

 

 

Les mots collectées par Asphodèle
HURLEMENT – HUMAIN – HÉLICOPTÈRE – HIRSUTE – HÉCATOMBE – HONNEUR – HONGROISE – HASCHISCH – HARMONIE – HUMBLE – HÉRISSON – HYPOTHÈSE – HUMILIATION – HANTER – HARIDELLE – HASARD – HYÉMAL (E) ou HIÉMAL(E) – HALO.

 

Les textes des participants sont ici :

 

 

Merci à Olivier qui a bien voulu que j'utilise son image : pour la voir dans son contexte c'est  ici  

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 14:30

machine-brouillons6Le début de l'histoire est à droite dans le dossier Histoires d'Isabelle


Les amis de Tigoua regardent Ti Faon et La Fée Caraïbe d’un air surpris :
Comment un si petit bonhomme et une si petite fée vont-ils les aider à délivrer Tigoua,  prisonnier de Féroce Davocat ?  En effet la fée arrive  à peine au haut du sabot d’Isabelle et le petit garçon est grand comme un chat de gouttière. Féroce Davocat, quant à lui, et avec un nom pareil, doit au moins être un géant !!

 


- Je prépare la mixture de gnome se dépêche la fée et une avalanche de fleur de goyavier sort de sa bouche.
 

- Et moi je vais préparer le vaisseau au garage, renchérit Ti Faon d’un air grave
 

- Il faut une mixture de gnome pour affronter Féroce Davocat ? demande Josée
- Non la mixture de gnome va vous permettre, à vous les ponettes,  d’avoir le gabarit  requis pour rentrer dans le vaisseau de Ti Faon : vous allez en boire trois gouttes chacune et vous allez bientôt avoir la taille de Ti Faon et de O Gaby.
Voyons mon grimoire : Il nous faut pour la mixture : 10 grammes de poudre de glands, trois clous de girofle, un peu de bave de grenouille,  une gousse de vanille à mélanger avec un peu de givre.
 

- Voilà ensuite il faut délayer avec un peu de gloubiboulgashis  ….. finit de dire La fée
 

- Mais qu’est ce que c’est que ce Galimatias ? demande Isabelle.
 

- Chut secret de fabrication, lui chuchote O Gaby à l’oreille
 

A ce moment là Ti faon revient en conduisant  son Giraumon volant :
Ce giraumon,  est orange comme tous les giraumons et somme tout très discret : une grille devant permet de voir son conducteur mais à part cela rien ne le distingue d’une citrouille, comme les autres : on se demande juste comme elle fait pour voler car on ne voit pas d’aile ni hélice : le giraumon semble tout simplement flotter sur l’air
 

- Direction Grand Rivière et le Prêcheur, c’est là que se trouve notre prochaine étape. J’ai un plan : nous serons deux équipes. La première équipe fera diversion pendant que la deuxième équipe s’introduira dans la forteresse pour délivrer Tigoua.
Pour le moment, rejoignons notre deuxième équipe.
 

- Et nous, dans quelle équipe sommes nous ? demande Scarlett   
 

- Nous on est la plus petite équipe en taille donc plus discret
 

- On part tout de suite ? gémit O Balai d’une voix timide car là franchement j’ai mon ventre qui gargouille, je prendrai bien un petit casse croute.
 

- « quel gourmand celui-ci » disent en chœur ses parents « mais enfin il n’a pas tort on ne va pas se lancer dans de telles aventures le ventre vide » :
 

- Grignotons quelques gombos arrosés d’un peu de jus de Goyave, propose Scarlett

 

- La mixture de gnome est prête, appelle la fée. Venez prendre vos trois gouttes, les ponettes, ouvrez grand votre gosier.
 

- ok mais quand allons nous reprendre notre taille normale ? veut tout de même savoir Isabelle

 

- très bonne question répond la fée : cette mixture a un effet limité dans le temps : dans trois jours, vous reprendrez votre taille normale : faîtes juste attention à l’endroit où vous vous trouvez à ce moment là !!!
 
L’une après l’autre, les ponettes s’approchent de la fée et avalent la mixture
Immédiatement elles  se mettent à rétrécir, rétrécir et arrivent toutes deux à la taille de Ti Faon. Isabelle est toute groggy : elle qui se trouvait petite avec son 1 mètre ving six au garrot, voir O Gaby les yeux dans les yeux lui donne le tourni.

 

Ti faon fait alors descendre un petit marche-pied et les fait entrer dans le giraumon
Les petits chats eux aussi veulent de la mixture magique.

- Non non vous ce n’est pas la peine vous êtes déjà de la bonne taille pour rentrer dans le giraumon volant. 

Ce giraumon est creux à l’intérieur ; il dispose de plusieurs niveaux avec des escaliers dans tous les sens ; il est  totalement recouvert  d’écrans et d’instruments de mesure intergalactiques. Les trois bébés chats sont ravis de l’aventure et commencent à gambader partout, c’est à celui qui fera le plus de galipettes dans les escaliers du giraumon

 

- Voici mon copilote présente Tigoua en présentant un grillon de la même taille que lui. Ce qui fait que l’assemblée est assez surprenante : Les amis voient un grillon géant, un ti garçon gros comme un chat, un O Gaby et une Scarlett de leur taille habituelle;  Isabelle et Josée elles aussi font la même taille que les chats: seuls les bébés chats et la fée Caraïbes paraissent petits en comparaison.

 

- Bonjour je m’appelle Gambit, fait le grillon  en soulevant son chapeau melon
Il a l’air un peu ridicule avec ce melon sur la tête, sa gabardine et ses bottes de cuir. Six bottes en cuir  pour être exact, une à chaque patte, ces godillots lui donne un air pataud et même grostesque mais il a l’air très à l’aise une fois installé dans le poste de pilotage du giraumon.  Isabelle se retient de rire : on ne se moque pas de la personne qui est prête à les aider pour sauver leur ami

 

- Sommes nous prêts et au complet ? demande Ti Faon. Armement des toboggans, Vérification de la porte opposée. Le compte à rebours va bientôt commencer. Veuillez attacher vos ceintures ? Les consignes de sécurité sont terminées . Go

 

- au Galop, au galop s’emballe Josée. Enfin je veux dire mettons les gaz !!

Le giraumon sous l’impulsion de Ti Faon et de Gambit décolle alors :

- Allons chercher la deuxième équipe de notre mission « Il faut sauver Tigoua l’agouti : nom de code « Gloriole et guacamole» se gargarise Gambit

 

- euh pourquoi ce nom ? demande Isabelle

 

- Parce que qu’il y a deux équipes : la nôtre, gloriole et la deuxième Guacamole  car c’est le seul mot que je connaisse qui rime avec gloriole

 

- Qui est la deuxième équipe ? demande Josée

 

- Vous le saurez quand vous l’entendrez chanter ! leur répond Ti faon

 

Et la fée espiègle commence à chanter :

 

Dans la basse-cour il y a
Des poules, des dindons, des oies,
Il y a même des canards
Qui barbotent dans la mare.


Et ça fait Cot ! cot ! cot ! codec !
Et ça fait Cot ! cot ! cot ! codec !

Et ça fait Cot ! cot ! cot ! codec !

Le Rock’n Roll des gallinacés. Yeah

 

Gambit, le grillon, Ti faon le petit garçon  et CaraÏbes la fée éclatent de rire devant les ponettes et les chats  qui ne comprennent pas où veulent en venir les trois autres.

 

precheur grand riviere

Les mots collectés par Asphodèle 

GIRAUMON – GAMBADER – GARAGE – GIVRE – GARGOUILLE – GAMBIT – GALOP – GABARIT – GLORIOLE – GALIPETTE (S) – GALLINACÉ – GRILLE – GLAND – GROTESQUE – GEMIR – GOURMAND – GODILLOT – GRAVE – GRILLON – GALIMATIAS – GIROFLE – GARAMOND* (facultatif)*.


Les textes des autres participants sont ici

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 06:37

 

F comme Fée

 

machine-brouillons6Les deux ponettes et les cinq chats se regardent stupéfaits : ils ont rencontré le King ! mais pfout dès qu’ils se retournent pour mieux le contempler :  plus rien ! La farandole d’Elvis et de sa foule de musiciens a disparu : on pourrait même croire que ce qu’ils viennent de voir n’est qu’invention et fariboles.

Oubliant leur fascination, ils ressortent alors de l’eau dans laquelle ils étaient rentrés pour mieux voir le show de l’écrevisse et se mettent en chemin vers la maison de F

- « F , F qui cela peut il bien être ? »  se demande Scarlett

- « En tout cas c’est une fille » affirme O Buro « car on voit très bien qu’il y a un E à « chère F » sur la feuille »

- « Très bonne remarque, fiston, on voit que tu écoutes bien à l’école » le félicite son papa O gaby

- Continuons, continuons, presse Josée, toute fringante. Tigoua doit se demander ce que nous faisons !

- Moi je dis que c’est de la folie, déclare O Berlioz que l’on entend très peu. Nous sommes en train de chercher Tigoua dans la forêt alors qu’il a disparu en mer : on devrait retourner au Diamant.

- Non non, l’océan est trop vaste,  nous avons besoin d’une aide extérieure pour mieux orienter nos recherches, lui expliquent ses parents.

- « Nous sommes presque arrivés : voici la fougère dont nous a parlé Elvis, et voici aussi le frangipanier. Allons au fond du chemin et attendons, ou plutôt non, appelons F.   F nous venons de la part d’Elvis »

A ces mots, comme par magie, une voix aérienne leur répond : « je suis ici, attendez je descends » et ils reçoivent sur eux une pluie de fleurs.

Les animaux abasourdis  voient descendre une minuscule fée qui se confond avec le décor : Une figure toute ronde, une petite jupe en feuille de figuier rose, un fichu blanc sur  ses cheveux frisés, un joli teint chocolat et bien sûr d’adorables petites ailes dans le dos : bref un feu follet de Martinique. Son visage en en partie caché par un masque d’étoiles, qui forment comme une voute céleste, véritable  firmament sur son front

FEE-CARAIBES-modifie-OB.jpg

Chaque fois que la fée ouvre la bouche pour parler, une fleur sort et vient se poser au sol, délicatement.

-          Bonjour je suis la fée Caraïbe. Elvis a bien fait de vous indiquer le chemin de ma maison. J’ai des espions dans toute la Martinique : les fourmis sont mes amies et les phasmes m’ont prévenu de ce qui était arrivé à votre ami.

Pendant cette tirade, des fleurs blanches et jaunes sortent à chaque mot de la bouche de la fée.

Celle-ci ne leur laisse pas le temps de poser la moindre question qu’elle continue déjà :

- J’ai trois énigmes pour vous : Creusez vous la tête pour y répondre et ensuite je vous dirai où se trouve Tigoua, leur propose la fantasque petite fée.

 

Voici la première : « Dans le frima de l’hiver, je monte les œufs en neige et je sers aussi à donner du courage aux chevaux en claquant fièrement dans le vent : qui suis-je ? »

 

Les cinq chats se retournent d’un bloc vers les ponettes : une question facile pour elles puisqu’il y a des chevaux dans la devinette !

 

- Oui oui je sais,  disent les deux ponettes d’une seule voix :

 

- C’est un fouet qui permet de monter les blancs en neige affirme Isabelle

 

- et c’est un  fouet qui permet aussi d’encourager les chevaux qui tirent une carriole, rajoute Josée en secouant son harnais rouge plein de clochettes

 

-          Bravo les ponettes, c’est la bonne réponse : plus dur maintenant fanfaronne la fée Caraïbe  « Quel est le comble pour un Fakir ? »

 

Les animaux interloqués se regardent, un peu déstabilisés, quand soudain O Gaby s’exclame :

- Moi je sais c’est Bashung qui me l’a dit et vous savez Bashung c’est mon idole :

Le comble pour un fakir c’est de traverser en dehors des clous (1)

 

-          Bravo O Gaby, dit la fée de son air finaud, bonne réponse. Et voici la dernière énigme : « Je suis en même temps un haricot et un instrument de musique : qui suis-je ? »

 

A ces mots, les deux fauves adultes et les ponettes se tournent vers O Berlioz le musicien de la bande, qui réfléchit, réfléchit , gêné de toute cette attention.

Et soudain il trouve : « c’est un flageolet une espèce de petite flûte (2) »

 

-          « hum et moi je connais bien le légume « flageolet » approuve son papa : c’est excellent avec des fricandelles, moins bon que le boudin créole mais cela vaut le déplacement », dit il en se léchant les babines

 

Les compères applaudissent O Berlioz avec frénésie : les trois énigmes ont été résolues.

 

- Vous êtes vraiment très forts pour les énigmes les félicite La fée Caraibe toujours avec une flopée de fleur à chaque mot.

Maintenant je vais vous dire où se trouve le pauvre Tigoua : figurez vous qu’il a été enlevé par le terrible monstre de la Martinique le Féroce Davocat  et qu’il est retenu prisonnier chez lui.

Les animaux sont en même temps soulagés et tristes : soulagés de savoir Tigoua en bonne santé et tristes de le savoir en situation si difficile

 

- Mais qui est ce Féroce Davocat demande Isabelle

 

- Nul ne l’a jamais vu. On ne sait pas à quoi il ressemble. Si c’est un humain, un animal voire un légume. Tout ce qu’on sait de lui c’est qu’il est cruel, sans pitié qu’il donne de la fièvre aux enfants désobéissants.

 

-          Venez les amis, ne perdez pas courage, je vais vous faire accompagner chez ce Féroce par mon plus fidèle farfadet : Faon ou est tu ?

 

Et à ces mots, un petit garçon qui se cachait derrière un arbre se montre :

Il est de la taille de O Gaby , tout habillé de vert et d’orange

 

Il vient leur serrer la main et s’exclame

- Bonjour Je m’appelle Faon, Peter Faon. Mais ici tout le monde m’appelle Ti Faon

Je vais vous emmener dans le repaire de Féroce Davocat



ti-faon-2_modifie-5.jpg

 



 

 

 

(1)Ça cach' quekchose : les paroles exactes sont : Tout est redevenu étrangement calme. Les fakirs traversent dans les clous

http://www.musicme.com/Alain-Bashung/albums/Pizza-(Vol.2)-0042282960825.html

(2) Flageolet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Flageolet_(musique)

 

Les mots en F collectés chez Asphodèles sont les suivants :

FANTASQUE  – FARIBOLES – FARANDOLE – FEU – FAUVE – FRIMAS – FOND – FOLIE – FIRMAMENT – FOULE – FAON – FASCINATION -FRICANDELLE* – FIÈVRE – FRÉNÉSIE -FAKIR.

 

 

 

Les textes des autres participants sont ici http

 

 

 

 

 

Le début de l’histoire est ici 

La suite du début est ici  

Chapitre A : A comme Arrivée à Madinina

 

Chapitre B : B Comme Balata

Chapitre C : C comme Carnaval  

Chapitre D : D comme Diamant

Chapitre E : E comme Ecrevisse

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 07:33

 

linkmachine-brouillons6 

Chapitre E : E comme écrevisse

 

A Balata, les animaux sont tristes d’être rentrés sans Tigoua, l’agouti, qui est tombé de la barque pendant leur excursion au rocher du Diamant. Ils se sont endormis tard après avoir longtemps cherché leur ami et le lendemain matin personne n’a d’entrain au petit déjeuner : Isabelle et Josée grignotent leurs endives à l’échalote du bout des lèvres et les chats chipotent leur espadon.

O Balai, le petit chat,  est tout contrit : il se sent coupable d’avoir fait chavirer la barque. Les efforts, les étreintes de son papa et de sa maman ne sont pas parvenus à le consoler.

Soudain  O Gaby se lève excédé, et s’écrie une étincelle dans ses yeux émeraude «  allons debout, réagissez : Tigoua ne s’est pas évanoui dans la nature, enfin je veux dire dans la mer : nous allons nous mettre à sa recherche »  

A ces mots les amis reprennent du poil de la bête.

- « Que pouvons nous faire O Gaby,  demande Isabelle. Toi qui connaît bien la Martinique, où faut il le chercher ? »

- « Certes je connais bien la Martinique mais que le plancher des vaches, il nous faut un spécialiste de l’eau »

- « Oh j’ai une idée, nous allons aller chez le King » s’exclame Scarlett

- Le King ?  demande Isabelle

- « Oui le King Créole, le roi de la Martinique, YES !!!!! » s’écrie Josée

- « Il y a un roi en Martinique ? » s’étonne Isabelle

- « Non pas pour les hommes mais oui pour les animaux »

- « En route, tout le monde : pas d’école aujourd hui c’est mercredi », se décide Scarlett.

- oui oui partons vite dit O Balai de sa petite voix évanescente

- au Galop, au galop s’emballe Josée

Une fois de plus, les deux ponettes et les cinq chats se mettent en chemin, motivés par l’enthousiasme de O Gaby et par le temps toujours estival de la Martinique.

Après avoir trottiné un moment dans la forêt, être passés sur  un pont immense et descendus un chemin escarpé, voici l’équipée devant une cascade magnifique. Les deux ponettes servent de montures aux cinq chats et ne tardent pas à avoir de l’écume sur l’encolure mais rien ne les ralentit. Il faut sauver Tigoua !!

Pont-absalon-IMG_5972.jpg

- « Installons nous, nous somme arrivés à Absalon, la demeure du King » dit O Gaby « et silence, le roi va apparaître ».

Et effectivement au bout de quelques minutes de silence, les amis entendent un flot de musique :

Le roi arrive, entouré de sa cour et de sa basse cour : il est tout petit mais majestueux.

Enfin majestueux pour une écrevisse, bien sûr. Car vous avez bien entendu le roi des z’animaux en Martinique n’est pas un élan, ni un écureuil ni même un éléphant, c’est une écrevisse (que l’on appelle aussi ouassou en créole ou z’habitant parfois)

Ce roi, comme tout roi qui se respecte a mis sa plus belle perruque avec une banane bien coiffée et des rouflaquettes étonnantes.

Des demoiselles d’honneur l’entourent de mille soins, l’une agite un éventail, l’autre lui apporte une boisson, la dernière lui porte son épinette miniature  en bois d’ébène.

Son fidèle conseiller le Bernard l’Ermite l’aide à s’installer sur le rocher qui lui sert de trône.
 

O Gaby prend alors la parole et explique leur problème : « Tigoua est tombé à L’eau du côte du rocher du Diamant.  O Roi, comment faire pour le retrouver ? »

 

Le roi Réfléchit et finit par chanter.

Sa chanson est d’abord une élégie, ritournelle triste en hommage à Tigoua :

 « O Océan, ne sois pas cruel et rend nous notre ami »

Mais cette chanson triste ne dure que très peu de temps et l’écrevisse commence un rock endiablé : un mélange de « laissez entrer le soleil » et de « Everybody Loves Somebody » (tout cela en créole bien sûr)

 

Après ce refrain, et toujours en chantant le roi répond à la petite équipe

« Tigoua a disparu dans la mer et je ne suis qu’une écrevisse d’eau douce comme toutes les écrevisses, je ne sais donc pas où chercher dans la mer. Par contre je pense qu’un peu d’aide serait la bienvenue.

Allez de ma part à cette adresse. Cette personne pourra vous aider

J’espère seulement que vous savez résoudre les énigmes car cette personne ne parle que comme cela. Pour vous aider voici un petit élixir de ma composition. Gardez le précieusement, il peut vous aider à soulever des montagnes  »

 

Alors Scarlett prend la feuille d’eucalyptus où Le Roi a écrit et lit à voix haute :

 

« Chère F.  ( nom illisible :  vous avez déjà vu l’écriture d’une écrevisse vous ? )


Je t’envoie ces personnes qui cherchent leur ami Tigoua. Aide les du mieux que tu peux

Signé Ton King For ever


Elvis l’ Ecrevisse »


absalon cascade

Les 13 mots récoltés : élixir – estival – évanescent(e) – émeraude – évanoui(e) – étincelle -élégie – écrevisse – éléphant – excédé(e) – éventail – étreinte – eucalyptus.

 

Les textes des autres participants sont ici

 

 

Le début de l’histoire est ici 

La suite du début est ici  

Chapitre A : A comme Arrivée à Madinina

 

 

Chapitre B : B Comme Balata

Chapitre C : C comme Carnaval  

Chapitre D : D comme Diamant

Repost 0
Published by L'écho des Ecuries - dans Histoires d'Isabelle
commenter cet article

Présentation

  • : L' Echo Des Ecuries
  • L' Echo Des Ecuries
  • : Raconter des histoires (de poneys et de chevaux mais pas seulement) Participer à des défis littéraires
  • Contact

Recherche

Archives